LE DIRECT
La Russie ne bénéficiera que d'une partie de la manne publicitaire de la Coupe du monde 2018.

Qui va profiter des milliards de recettes du Mondial de foot ?

2 min
À retrouver dans l'émission

Des effets "très limités" sur l'économie russe.

La Russie ne bénéficiera que d'une partie de la manne publicitaire de la Coupe du monde 2018.
La Russie ne bénéficiera que d'une partie de la manne publicitaire de la Coupe du monde 2018. Crédits : Didier Saulnier - Maxppp

Le Mondial de foot qui débute aujourd’hui en Russie va générer des recettes considérables non seulement pour les pays engagés, mais aussi pour les autres. On pense déjà au marché publicitaire qui va être dopé, mais de manière très inégale...Et pour cause avec une manifestation planétaire qui  réunit quelque 3,5 milliards de spectateurs disséminés sur 200 pays. De quoi générer près de 2,5 milliards de  dollars d'investissements publicitaires. L’équivalent de 10 % de la croissance du marché mondial du football. Et là encore c’est la Chine qui emporte la première place du podium : elle qui embrasse un marché de plus de 800 millions d’euros, deux fois plus que les Etats-Unis, neuf  à dix fois plus que la France. C’est toujours la télévision qui remporte la palme, quand bien même les plateformes en ligne montent en puissance. Et que ça compte beaucoup pour la presse en général. 

Il y a aussi les retombées sur la consommation qui entrent en jeu… 

Beaucoup à travers les ventes de jeux et de jouets liées à l’ événement : on estime qu’elles avaient généré près d’une vingtaine de millions d’euros lors de l'Euro 2016,  paquets de cartes,  vignettes…Effet Mondial garanti pour les ventes de maillots  et de ballons avec des montants à deux chiffres : le modèle de l’édition russe ayant démarré en trombe dès Nöel. C’est la partie visible  et individualisée de l’événement. Mais c’est aussi un surcroît de  fréquentations dans les pubs, bars et brasseries. Tout cumulé, on évalue à un point de croissance supplémentaire l’apport de la coupe du monde de football au marché du sport par rapport à une année sans tournoi mondial.  Importants les montants que ça génère, et en même temps ils ne représentent que quelques milliards finalement sur un marché, celui du foot, qui pèserait 700 milliards de dollars…L’équivalent du Produit national d’un pays prospère comme la Suisse.

La Suisse devrait être l’une des premières économies à bénéficier des retombées du Mondial.

Elle qui abrite beaucoup de siège d’organisations sportives internationales a vu sa croissance stimulée par les ventes de billets, au point d’avoir enregistré un surcroit   de croissance de 0,2 % . C’est le signe que les manifestations sportives contribuent à son développement. A contrario, les années impaires, en l’absence de grands événements sportifs, sa croissance ralentit un petit peu. Il semble bien qu’on puisse parler d’un effet sport sur son économie.

C’est pourtant la Russie qui en organisant le mondial devrait en attendre le plus ? 

Moins qu'on l'imagine ! D’après l’agence Moody's, l’effet sur l’économie russe devrait être « très limité » avec des bénéfices inégalement répartis sur son territoire. D’après ses estimations, son impact sera encore moindre que celui des jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014. L’effet attendu sur les investissements et les infrastructures n’aurait pas de conséquences durables sur l’économie russe, tout juste un coup de fouet  dans quelque régions.  Bon pour l’image, surtout !

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......