LE DIRECT
Les recrutements de cadres au plus haut en 2018 d'après l'APEC.

Assiste-t-on à un boom des recrutements chez les cadres ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Les prévisions d'emploi prévues en hausse de 13 % pour 2018 d'après l'Apec.

Les recrutements de cadres au plus haut en 2018 d'après l'APEC.
Les recrutements de cadres au plus haut en 2018 d'après l'APEC. Crédits : Thomas Samson - Maxppp

Assiste-ton à un boom de recrutements chez les cadres ? Tous les signes convergent. Il y a une demande de plus en plus forte des employeurs après une progression des offres de 10 %  selon l'APEC, l'Association pour l'Emploi des Cadres, et  l’industrie participe elle aussi à ce mouvement. Il y a un effet cumulatif qui se précise auquel l’industrie, qui a tant et tant licencié pendant des années, est partie prenante. 

Qui va principalement alimenter les 248000 à 271000 embauches envisagées en 2018 ?

Les services. C’est flagrant, ils devraient contribuer à plus de 180 000 emplois. En majeure partie dans l’informatique, les télécommunications, la R&D, la Recherche-Développement, les services financiers,  mais aussi très recherchés les profils juridiques, les consultants, les comptables… On voit ainsi que, pour quatre recrutements sur cinq en moyenne, ça devrait se  faire dans les services. Eux qui avaient été sérieusement touchés par l’impact des attentats, ils montent rapidement. Les postes de commerciaux progressent aussi mais en moindre nombre. C’est donc bien dans les services que convergent les embauches, mais nous le disions: ça monte aussi dans l’industrie à plus 12 %. Ce n’est pas négligeable, sauf qu’on est sur des chiffres plus restreints. A regarder de près les offres dans la construction avec l’expansion de l’immobilier, là aussi ça augmente : plus de 13000 postes d’encadrement prévus dans ce secteur.

On demande  surtout des cadres dans le privé, mais pas à tout âge.

La prime à la jeunesse est manifeste, plus que jamais : Les débutants déjà qui commencent à profiter de la meilleure santé de l’économie : autour de 50 000 embauches attendues, mais on voit aussi que c’est sur les 10 première années que les embauches sont les plus concentrées. C’est sur cette fourchette qu’on voit un afflux de demandes des employeurs à  près de 75 % ! Après, ça descend par palier. Ce sont bien les trentenaires qui ont le vent en poupe. Les cadres continuent aussi de s’installer dans les grandes agglomérations. Toujours. Pour près de la moitié sur l'île de France. En fait, moins d’une vingtaine de bassin d’emploi concentrent les deux tiers  des offres. Avec Lyon, la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui surclasse de loin toutes les autres métropoles régionales. Et cela malgré la digitalisation des activités, censée permettre un éloignement des concentrations urbaines...En fait, on ne lit pas vraiment de changement dans le comportement des cadres.

Les cadres apparaissent en tout cas comme  les premiers à bénéficier du retour de la croissance. 

Avec un taux de chômage de seulement 3,5 % ils se retrouvent aux avant-postes des recrutements. Et d’après un autre sondage, celui du site  Cadremploi,  ils se montrent de plus en plus mobiles afin d’élargir leur parcours professionnels.  Des cadres qui tiennent à leur statut, mais moins accrochés au sacro-saint CDI  qu’on pourrait le penser, puisque six cadres sur dix se déclarent prêts à faire de l’intérim. C’est un signe qu’ils surfent  sur une  reprise qu'ils pensent durable... Elle fonde un optimisme qui serait devenu pour la première fois majoritaire d’après  ce baromètre. En revanche, là où il y a anxiété, c’est sur la réforme du statut qui se profile. Une majorité d’entre eux  craint  surtout que leur protection sociale s’en trouve fragilisée.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......