LE DIRECT
La centrale EPR d'Olkiluoto , Finlande 2017

Areva : la fin du cauchemar finlandais

2 min
À retrouver dans l'émission

Areva met fin au cauchemar de l'EPR finlandais. Le groupe nucléaire français Areva va verser 450 millions d'euros à l'électricien finlandais TVO pour régler leur litige, un chantier qui a accumulé dix ans de retard et faisait l'objet d'une procédure d'arbitrage.

La centrale EPR d'Olkiluoto , Finlande 2017
La centrale EPR d'Olkiluoto , Finlande 2017 Crédits : Antti Yrjonen / NurPhoto - AFP

Ce compromis permettra de clore la procédure d’arbitrage engagée par les deux parties devant la Chambre de commerce internationale de Londres : TVO réclamait 2 milliards 600 millions d’euros à son fournisseur français pour un retard de dix ans dans la mise en service de la centrale. De son côté , Areva demandait 3 milliards 400 millions d'euros, imputant cette dérive du calendrier et certains surcoûts à TVO et aux lenteurs de l’autorité de sûreté nucléaire finlandaise. Concernant la facture initiale , elle a a triplé pour atteindre les 9 milliards d'euros.  Des additions salées pour une technologie à l'époque digne du prototype ou "tête de série " se plait on à l'appeler chez Areva et qui finalement reviendront à la charge du contribuable français.

Étape décisive pour la restructuration de la filière nucléaire française

Areva SA, qui est venue à bout de ce litige, reste la maison-mère du groupe, scindé en trois entités. New Areva, devenu Orano en février dernier, exploite les mines d'uranium et suit le cycle du combustible. Areva NP, qui construit les réacteurs nucléaires, est devenue une filiale d'EDF et a été rebaptisé Framatome.  

Actionnaire à 87 % de l’ex-Areva, l’Etat règle ainsi la facture des errements des années 2000, qui ont poussé Areva à la quasi-faillite avec une perte cumulée de plus de 10 milliards entre 2011 et 2016.

Aujourd'hui les essais à chaud de l'EPR d’Olkiluoto sont en cours. Le chargement de combustible est prévu cet été. Une première production d’électricité pourrait intervenir à la fin de l'année et la mise en service commerciale en 2019. A Flamanville , le chantier a connu encore ces dernières semaines des déboires , sa mise en service pour 2018 est incertaine. C'est finalement les Chinois qui pourraient faire démarrer l'EPR en premier. Deux centrales sont en cours d’achèvement.

Du côté du carnet de commande ,  EDF doit construire deux centrales à Hinkley Point dans le sud-ouest de l’Angleterre. Un maigre bilan pour un réacteur dont la conception a débuté il y a vingt-cinq ans. 

EDF et Framatome travaillent actuellement à un « EPR optimisé » censé être plus compétitif face aux concurrents russes, américains, coréens et chinois. Car on ne peut pas dire que la version actuelle de l’EPR soit un produit d’appel pour l’industrie française mais l'annonce de l' accord avec les finlandais tombe à point nommé , il intervient au moment où le président Macron est en visite en Inde. La France négocie depuis dix ans la vente de l'EPR à l'Inde.  Paris et New Delhi ont affirmé samedi leur objectif de débuter "à la fin de 2018" les travaux pour la construction en Inde de la "plus grande centrale nucléaire au monde", avec six réacteurs de type EPR. 

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......