LE DIRECT
La France a intérêt à augmenter ses exportations et renforcer ses investisements en Chine.

Comment jouer une "même" partition commerciale avec la Chine ?

2 min
À retrouver dans l'émission

Edouard Philippe plaide à Pékin pour un multilatéralisme renforcé.

La France a intérêt à augmenter ses exportations et renforcer ses investisements en Chine.
La France a intérêt à augmenter ses exportations et renforcer ses investisements en Chine. Crédits : Wang Xin / Imagine China - AFP

Jouer une "même partition", c'est l'appel lancé par Edouard Philippe à peine arrivé en Chine: le premier ministre  qui plaide pour préserver les relations commerciales au moment où les tensions s'aggravent  sous l'effet du protectionnisme.  Entre Français et Chinois on essaie de parler d'une même voix, mais on est pas sur un pied d'égalité ! Certes, il est vrai que la Chine est un partenaire économique important. C'est le huitième de la France selon l'Insee..Cela représente tout de même quelque 6% des échanges commerciaux de l'hexagone. Les plus optimistes ajouteront que c'est pas mal puisque notre taux à  l'export avec ce pays tourne autour de  11 % ... Seulement voilà,  avec quel pays avons-nous le plus gros déficit commercial ?  Eh bien c'est avec la Chine. Il est l'ordre de la trentaine de milliards d'euros... Il y a donc quelques questions à se poser sur ce déséquilibre... 

Il n'en reste pas moins que la France grignote des parts de marchés... 

Mais elle revient de loin ! Il lui reste un champ de progression considérable ...Pas tellement pour les commandes aéronautiques où elle est bien placée, elles pèsent pour plus du tiers à l'export, mais aussi pour la vente d'équipements  électroniques et informatiques , dans l'agroalimentaire , les articles de santé fermant la marche...On se dit que la France devrait améliorer à son bénéfice ses échanges...Notamment sur le marché automobile qui ne cesse de gagner en puissance en Chine.   Ensuite, que la Chine soit notre deuxième fournisseur après l'Allemagne , c'est significatif de relations commerciales déséquilibrées ...Il  y a nécessité que les entreprises françaises s'adaptent aux besoins des  Chinois qui eux -mêmes sont poussés par une classe moyenne en demande de productions françaises ...

Pourtant, les entreprises françaises ont déjà pris le train de l'investissement vers la Chine !  

C'est vrai , on compte plus de 1600 entreprises qui représentent le made in France en Chine ...Cela progresse à raison d'une centaine à l'année...On n'est donc pas limité à  la seule présence de grands groupes ...Véolia, Michelin, PSA, EDF...  Les startup sont de la partie avec l'intelligence artificielle très prisée des Chinois.  Cela fait que, en cumulé ces investissements se montent à une trentaine de milliards d'euros...C'est pas mal,   mais là encore il y a un équilibre à trouver car, dans le même temps, les entrepreneurs chinois redoublent d'activité pour investir en France.

De l'automobile à l'hôtellerie, les Chinois guettent les opportunités d'investissement.

Par exemple avec  l’entrée du chinois Dongfeng dans le capital de Peugeot en 2014, ,  les prises de contrôle de Club Med par un conglomérat  en 2015 ,de l’aéroport de Toulouse Blagnac par un consortium chinois...C'est aussi en montant dans le capital de groupes comme Accor, Pierre et Vacances, et autres opérations moins visibles, mais on en dénombre beaucoup !  Un appétit qui est dirigé vers l'Europe en général, mais qui repose la question de la fuite de  savoir-faire technologique, et de pertes d'indépendance pour la France de pans industriels,  lesquels  peuvent être stratégiques....  Et tout cela, ça fait partie aussi des enjeux de cette visite d'Edouard Philippe.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......