LE DIRECT
Manifestation de cheminots à Lyon en 2016 cotnre la réforme du code du travail

La guerre du rail aura t-elle lieu ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Le gouvernement doit dévoiler ce matin sa stratégie pour conduire la réforme à haut risque du rail et de la SNCF, et notamment dire s'il compte légiférer par ordonnances, un passage en force que les syndicats considéreraient comme une déclaration de guerre.

Manifestation de cheminots à Lyon en 2016 cotnre la réforme du code du travail
Manifestation de cheminots à Lyon en 2016 cotnre la réforme du code du travail Crédits : JEFF PACHOUD / AFP - AFP

Le premier ministre Edouard Philippe précisera "les questions de méthode et de calendrier". Un calendrier forcement serré. On connait en effet déjà la date limite sur le plan du moins européen. Le quatrième paquet ferroviaire européen qui prévoit l'arrivée de la concurrence sur les rails doit être transcrit dans le droit français avant le 25 décembre de cette année. Mais doit on pour autant se passer d'un véritable débat sur une question aussi importante que notre transport ferroviaire ?. Si l'on regarde chez nos voisins , les réformes du rail qui ont été faites dans les autres pays de l'Union ont été plus ou moins réussies. En Italie les grandes lignes y ont gagné mais les petites lignes sont aujourd'hui vétustes et insuffisantes. Au Royaume Uni , le prix des billets est souvent prohibitif et la libéralisation du rail en Allemagne , régulièrement donnée comme modèle , connait parfois quelques soubresauts lorsque des compagnies décident purement et simplement d'arrêter d'exploiter des lignes qu'elles jugent non rentables.

La SNCF , une entreprise comme les autres ? 

La SNCF est plus qu'un symbole , l'entreprise publique a une histoire , une culture. Le train en France a joué son rôle dans l'unification du pays , il relie des territoires entre eux , avec la capitale. C'est tout de même encore aujourd'hui une garantie d'égalité. Un pilier de la République dit même ce matin Laurent Joffrin dans Libération. Peut on uniquement la réduire à des questions de rentabilité ? Les français ont quand même le droit à un véritable débat et un débat qui mérite mieux que de s'écharper sur le statut du cheminot. La passe d'arme sur le sujet n'a pas tardé.  Lors d'un échange très vif au salon de l'Agriculture, samedi, le chef de l'Etat a répondu à un salarié de la SNCF qui l'interpellait sur cette réforme, déclarant qu'il ne pouvait y avoir  "d'un côté des agriculteurs qui n'ont pas de retraite et de l'autre avoir un statut de cheminot et ne pas le changer".  Il a ajouté qu'il "serait fou" d'embaucher des cheminots avec le même statut qu'il y a 50 ans au vu de leur rythme de travail, selon lui, bien différent.  Se sentant méprisé , Philippe Martinez n'a pas mis longtemps à réagir. "A chaque fois, il veut diviser ceux qui n'ont pas grand chose avec ceux qui n'ont rien du tout ", a t-il déclaré. 

Le statut de cheminot vit-il ses dernières heures ? 

Sans connaitre précisément les intentions du gouvernement , la suppression du statut du cheminot semble toutefois acquises. La fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés, à l'exemple de ce qui a déjà été fait pour La Poste et Orange semble en effet condamné à disparaître. C'est déjà à l’œuvre puis-qu’aujourd’hui on embauche à la SNCF bien plus de contractuels qu'au statut. Mais là encore de quoi parle t-on ?   Les français vont ils tomber dans le piège politique qui consiste à opposer certaines catégories de français à d'autres. Devons nous nous réjouir de voir les cheminots perdre leur statut ? Cela permettra t-il , à nous qui ne sommes pas cheminots, d'en gagner ? Ce fameux privilège comme on le décrit souvent , a lui aussi beaucoup évolué et il n'y pas sans doute pas de quoi vraiment fouetté un chat.

Un répit pour les petites lignes ?

C'est sûr la défense des petites lignes est plus fédératrice que le statut des cheminots et le risque d’enflammer l'opinion publique et les élus locaux est évidement plus grand pour le gouvernement pour autant les salariés de la SNCF sont également attachés à l'idée du service public et de sa qualité. Une réforme est nécessaire , personne n'en doute mais de la méthode en dépendra la réussite. Avec les ordonnances la méthode est brutale... la stratégie dangereuse. Les difficultés de la SNCF ne sont elles pas en grande partie imputables aux choix des gouvernements successifs qui ont laissé filer la dette en misant sur le tout TGV encouragés par les élus locaux qui voulaient voir arriver le train chez eux ? Le président Macron veut relever le défi de faire bouger un pays réticent aux réformes. Un pari difficile s'il la méthode utilisée se résume au passage en force.  On saura bientôt avec les premières grèves de cheminots s'il peut le gagner.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......