LE DIRECT
L'Etat propose une prime de 15 000 euros sur trois ans pour l'embauche d'un chômeur issu de quartiers sensibles situés dans des territoires d'expérimentation.

Quelles chances de succès pour les nouveaux emplois francs ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Un levier expérimental pour promouvoir des emplois stables.

L'Etat propose une prime de 15 000 euros sur trois ans pour l'embauche d'un chômeur issu de quartiers sensibles situés dans des territoires d'expérimentation.
L'Etat propose une prime de 15 000 euros sur trois ans pour l'embauche d'un chômeur issu de quartiers sensibles situés dans des territoires d'expérimentation. Crédits : Philippe Huguen - AFP

Depuis le début du mois, une nouvelle génération d'emplois francs vient d'être lancée :  des emplois  dans sept zones sensibles aux prises avec de forts taux de chômage.  C’est l’un des leviers du gouvernement pour promouvoir des emplois stables ... Pourquoi cette nouvelle formule serait-elle plus efficace que la précédente mise en place par François Hollande ?  

Plus efficace, c'est le but, pour autant sans garantie de succès puisqu’il s’agit bien d’une expérimentation sur  plusieurs territoires...

Cela fait écho aux propos de François Hollande qui avait lancé une première génération d'emplois francs, sensés avoir été testés en direction des populations jeunes de quartiers en zone sensibles. Là où le chômage est deux à trois fois supérieur à la moyenne nationale…La formule paraissait adaptée, c’est pourquoi il avait été envisagée de doubler le nombre d’emplois francs…Sauf qu’à l’arrivée ce fut un fiasco : 250 contrats signés en un an, pour un objectif qui était de 10 000 ! Après coup on s'est aperçu que ces emplois n'avaient pas bénéficié particulièrement aux jeunes chômeurs les plus défavorisés. Echec cinglant.  

Le nouveau gouvernement en a tiré enseignements. Il est parti sur une formule plus simple. 

Plus simple, plus claire, moins rigide….Car c’était l’une des critiques des employeurs. On leur demandait de remplir une série de formulaires et de respecter une batterie de critères...ça les dissuadait de s’y impliquer vraiment, surtout que, il faut s’en souvenir, les carnets de commandes stagnaient …Plus de licenciements que d’embauches de toute façon. On n’est plus dans cette situation aujourd’hui, il y a du recrutement, mais qu’est ce qui va inciter les entreprises à faire le pas ? Déjà  le gouvernement a fait font tomber la barrière d’âge : ils ne sont plus réservés aux jeunes et le montant de la prime est relevée…C’est en partant de cette nouvelle donne que le gouvernement espère atteindre entre 30 000 et 50 000 emplois francs d’ici la la fin de la phase d'expérimentation. A terme ce pourrait être  150 000 contrats signés.  

Mais quelle différence finalement avec les emplois du quinquennat précédent ? 

On vous répond que les emplois francs sont de véritables emplois parce qu'ils ouvrent la porte à une insertion dans des emplois durables, stables , à la différence des emplois aidés, quand bien même ils s’inscrivent dans une logique de prime, laquelle peut se transformer en effet d’aubaine. C’est la critique récurrente. Change aussi le point de vue sur ces emplois : on ne part plus de la  seule discrimination des jeunes sur un territoire mais d’atteindre une population élargie sur des zones prioritaires, ce qui fait que ce sont dix à douze fois plus de personnes qui pourront être concernées. C’est une population supérieure à 450 000 qui pourrait rejoindre les catégories pouvant candidater à ces emplois. Ce qui signifie que le gouvernement se donne plus de chance d’atteindre ses objectifs.  C'est l'une des conditions pour que change le visage des quartiers d’ici la fin du quinquennat : tel est le sens de la formule utilisée : un" plan de mobilisation générale"…Elle suppose que la formation soit aussi au rendez-vous…Ce qui n’est pas l’affaire de quelques mois, mais de plusieurs années.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......