LE DIRECT
Manifestation de cheminots , Marseille avril 2018.

La réforme du rail dans les grandes largeurs : maintenant le fret !

4 min
À retrouver dans l'émission

Les cheminots sur tous les fronts. Alors qu'aujourd'hui doit avoir lieu le vote solennel à l'Assemblée Nationale sur le nouveau pacte ferroviaire , le gouvernement lance la filialisation de Fret Sncf. Le billet éco d' Annabelle Grelier

Manifestation de cheminots , Marseille avril 2018.
Manifestation de cheminots , Marseille avril 2018. Crédits : Samuel Boivin / CrowdSpark - AFP

Les cheminots réaffirment leur détermination , le quatrième épisode de grève doit débuter ce soir et comme le gouvernement continue de vouloir passer en force dit la CGT  , elle appelle à un très haut niveau de grève mercredi et jeudi pour imposer l'arrêt du processus parlementaire et arracher de véritables négociations. "La victoire est à notre portée" écrit le syndicat. Mais Édouard Philippe hier vient d'ouvrir un nouveau front sur la bataille du rail en annonçant la filialisation du fret pour 2020. Pour la CFDT cheminots " la méthode du président Macron est plus encline au passage en force et à la surenchère qu'à la négociation" une analyse qui aujourd'hui sonne juste.

Le gouvernement enfonce le clou 

C'est lors d'une visite de terrain au port de Bonneuil sur Marne , que le premier ministre aurait demandé à sa ministre des transports Elisabeth Borne de plancher sur l'avenir du fret ferroviaire et quelques heures plus tard survient l'annonce d'un nouveau plan de relance du fret qui n'assure plus en France que 11 % de transport de marchandises.  Depuis l'ouverture de ce secteur à la concurrence en 2006 l'opérateur historique a cédé prés de 40% du marché aux nouveaux entrants. Pour autant il continue d'accumuler les pertes...Déficitaire depuis des années, la branche de fret ferroviaire de l'opérateur public a encore perdu l'an dernier 120 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires de 903 millions. Elle est rattachée au pôle Transport ferroviaire multimodal de marchandises (TFMM) au sein de l'activité SNCF Logistics, qui elle-même fait partie de SNCF Mobilités.

Une nouvelle recapitalisation ?

Il faut en effet assainir la situation de Fret SNCF, une activité déficitaire plombée par une dette de 4,6 milliards d'euros (sur les 7,9 milliards de la dette de SNCF Mobilités). D'où une recapitalisation, jugée "nécessaire pour pérenniser l'activité de l'opérateur public de référence".   "Ça n'a rien à voir avec la dette de SNCF Réseau" --qui devrait atteindre une cinquantaine de milliards d'euros en 2020, date à laquelle l'Etat devrait commencer à en reprendre une partie--, a souligné Guillaume Pepy , le patron du groupe public.   L'activité fret sera recapitalisée plus facilement --et Bruxelles sera plus à même de donner son feu vert-- si ses comptes sont isolés dans une filiale" pense t on à Matignon  Le projet de filialisation est encore loin d'être ficelé car il doit être soumis aux institutions représentatives du personnel et être approuvé par les autorités européennes. Le but du jeu est de faire naître la nouvelle entité au premier semestre 2020, c'est-à-dire à peu près au moment où le gouvernement prévoit de passer la SNCF en société anonyme à capitaux publics. 

Que deviendront les 6000 salariés de fret SNCF ?  La direction note que "la continuité des contrats de travail, que ce soit pour les salariés statutaires ou les salariés contractuels, sera assurée vers cette nouvelle structure.   "Un cadre social sur les métiers, l'organisation du travail et les carrières devra être négocié", ajoute-t-elle. Autant dire que les cheminots vont devoir se battre sur tous les fronts. La réorganisation de la SNCF , la filialisation du fret    le premier ministre compte présenter un "projet stratégique" d'ici l'été. Les discussions devraient entrer dans le vif du sujet dans quelques jours, selon la direction. Déjà préconisé dans le rapport Spinetta le projet avait été dénoncè par tous les syndicats y voyant un signe du démantèlement du service public ferroviaire.  Plus remontée que jamais, la CGT cheminots parle d'une nouvelle provocation,  d'une méthode de sagouin du gouvernement. Un gouvernement qui de toute évidence n'est pas à une grève près et les usagers de voir le bout du tunnel.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......