LE DIRECT
Warren Buffett au congrés annuel des actionnaires à Omaha , Nebraska , USA en 2016.

Warren Buffett , l'Oracle aurait il flairé un mauvais coup des marchés ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Il est le troisième homme le plus riche de la planète et ses conseils sont toujours avisés. Warren Buffett livrait hier sa très attendue lettre annuelle aux actionnaires. Prudence malgré de bons résultats. Quel est le message de l'Oracle ?

Warren Buffett au congrés annuel des actionnaires à Omaha , Nebraska , USA en 2016.
Warren Buffett au congrés annuel des actionnaires à Omaha , Nebraska , USA en 2016. Crédits : agence - Maxppp

Warren Buffett, troisième milliardaire dans le classement des hommes les plus riches au monde, 87 ans , l'un des investisseurs les plus admirés distille depuis plus de 50 ans ses conseils et ses observations dans sa lettre annuelle souvent empreinte de sagesse et d'humour. En 2011, il était celui qui réclamait sa part de sacrifice pour aider l' Amérique à réduire son déficit budgétaire. Dans une tribune publiée dans le New York Times, le patron du fonds d'investissements Berkshire Hathaway appelait les parlementaires à augmenter les impôts des américains dont les revenus annuels dépassent le million de dollars et à taxer encore plus ceux qui gagnent plus de dix millions de dollars par an. A-t-il été entendu ? Non bien sûr et c'est même tout l'inverse qui s'est produit avec la récente réforme fiscale de Donald Trump, qui a fortement abaissé l'impôt des entreprises. Warren Buffett indiquait hier que le gain net de toutes les participations de sa société avait été de 63 milliards de dollars en 2017 mais qu'une grande partie de ce gain ne venait pas de ce qu'il avait accompli. "36 milliards viennent de nos opérations, précisait-il, les 29 milliards restants nous ont été donnés en décembre quand le Congrès a réécrit le code fiscal."

La holding Berkshire Hathaway très prudente sur ses investissements

Warren Buffett ne s'est pas privé du plaisir de tacler les grands patrons qui se sont cette année lancés dans une frénésie d'acquisitions. Des "va t-en guerre" conseillés par des analystes et administrateurs qu'il compare à des ados en pleine maturité à qui on dirait d'avoir une vie sexuelle normale, encouragés par des banquiers d'affaires, qui flairent les bonnes commissions. Ne jamais demander à un coiffeur si vous avez besoin d'une coupe se moque le milliardaire.

Berkshire Hathaway, cotée à la Bourse de New York, se trouve en revanche à la tête d'un trésor de guerre de 116 milliards en cash ,     Warren Buffett n'a pas renoncé à "chasser les éléphants". Il serait à la recherche d'"une ou de plusieurs grosses acquisitions", mais il estime que la valorisation des entreprises est aujourd'hui trop élevée. L'environnement actuel des milieux d'affaires, notamment à Wall Street, pousse selon lui les grands patrons à signer de gros chèques pour des acquisitions sans se soucier de leur valeur réelle. En investisseur avisé, plutôt que de gâter les actionnaires avec de gros dividendes, il préfère attendre que les cours de Bourse retombent pour réaliser - comme il l'a toujours fait - un bon investissement de long terme et au meilleur prix. Une manière de prévenir le marché qu'une correction boursière n'est pas à exclure.

Voit-il arriver la prochaine crise financière ?

Warren Buffett, surnommé l'Oracle d'Omaha, n'a pas caché l'un des ses actuels sujets de préoccupations, le levier de la dette, dangereux en cas de volatilité des marchés, et a d'ores et déjà préparé sa holding à la prochaine tempête financière en la transformant en un conglomérat à deux branches. 30 % d'assurances et le reste dans le capital d'une quinzaine de grandes entreprises américaines allant de la finance à l'énergie et le transport aérien.  Pour ceux qui pensaient en savoir plus sur sa succession, ils resteront sur leur faim car rien n'a vraiment été dévoilé. Toute la question est de savoir ce que le légendaire investisseur va faire de sa manne financière de 116 milliards de cash. À titre personnel, Warren Buffett, dont la fortune est estimée à 86 milliards de dollars, a décidé d'en céder l'essentiel à des œuvres caritatives. 

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......