LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Claude Juncker va devoir presser le pas pour protéger les Européens d'une guerre commerciale.

Les Européens sont-ils vraiment déterminés à riposter aux taxes américaines ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Dans l'attente de contre-mesures efficaces.

Jean-Claude Juncker va devoir presser le pas pour protéger les Européens d'une guerre commerciale.
Jean-Claude Juncker va devoir presser le pas pour protéger les Européens d'une guerre commerciale. Crédits : Frédérick Florin - AFP

A peine la décision américaine de taxes supplémentaires sur l'acier et l'aluminium effective que les Européens ont donné de la voix. Tour à tour Angela Merkel et Emmanuel Macron se sont élevés contre des taxes illégales. Jean-Claude Juncker le président de la Commission européenne a  annoncé qu'il allait porter plainte devant l’OMC, l’organisation mondiale du commerce.  Si les Européens réagissent sans tarder, faut-il attendre une riposte efficace pour autant ?

Pas de décision à effet immédiat en tout cas. On attend la batterie de contre-mesures du Président de la commission européenne. Pour l'heure, un dépôt de plainte auprès de l’instance internationale qui tente de faire respecter les principes de concurrence ?  Pour quoi ? Obtenir des sanctions à l’encontre des Etats-Unis ? Mais l’administration américaine ne vient-elle pas de porter plainte contre l’Inde, accusée d’avoir lancé une demi-douzaine de programmes économiques qui octroient des subventions à l’exportation. C’est dire que Washington est prêt aussi à jouer sur le terrain du droit, et à le faire tambour battant : l’administration américaine réclamant un renforcement du pouvoir de sanction de l’OMC. Elle le réclame tout en pointant des juges qui lui font de l’ombre et en affichant épisodiquement la menace de quitter l’organisation… En l’occurrence, les Européens savent bien qu’à ce jeu, ils vont commencer à perdre du temps : alors que les Etats-Unis vont se mettre à taxer, ils vont discuter au moins deux mois avant toute décision…Et s’ils n’aboutissent pas, on entre dans une seconde série de concertations qui peut elle-même rebondir sur une procédure d’appel. De longs mois d’échanges en perspective… 

L’avenir parait assez compliqué pour les Européens dans ces conditions

Cela ne veut pas dire qu’ils sont démunis  pour autant. L’Union européenne est bien partie pour tenter un rééquilibrage en déployant des mesures de rétorsion…Elle est prête à le faire en fonction des préjudices subis. Cela se traduit déjà par une première liste de taxes qui pourraient frapper les jeans, des fabricants de moto, des distributeurs de boissons, voire des cigarettiers…Sauf que les Européens n’en sont encore qu’au stade des proclamaitions : Ils "envisagent" de le faire … Et à supposer qu’ils en viennent à imposer des taxes en représailles, elles n’interviendront pas avant un mois. Le temps nécessaire pour évaluer le montant des préjudices. 

En tout cas, les Européens vont devoir se déterminer au plus vite pour ne pas faire les frais de ce qui ressemble à une guerre commerciale

A eux de s’entendre pour répliquer, même si leurs intérêts ne sont pas communs partout. Il ne suffit pas de dire que "l'Europe sera unie"...Vous remarquerez qu'on parle toujours au futur, alors que les décisions sont à prendre maintenant. Ce qui semble clair, c’est qu’on s’attend à des négociations très rudes, chaotiques même. Il suffit de voir comment ça se passe entre Washington et Pékin ! Voilà une quinzaine de jour, On enterrait la hache de guerre : les menaces de représailles se dissipaient,  et voilà qu’en moins d’une semaine, l’administration américaine se ravise. Elle sort un grand calendrier où elle inscrit des paquets de sanctions. C’est la manière américaine de traiter en s’abritant derrière des proclamations : faire que les relations commerciales soient justes et équilibrées, mais avec, faut-t-il le rappeler, avec un dollar prédominant...C'est que la guerre commerciale se joue aussi sur le terrain monétaire.

Crédits : Visactu
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......