LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'irruption du constructeur chinois Geely chez Daimler a pris de court les constructeurs européens.

Les Européens sous la menace d'un cheval de Troie chinois dans l'automobile ?

2 min
À retrouver dans l'émission

L'arrivée de nouvelles normes environnementales pourrait faire le jeu de constructeurs étrangers.

L'irruption du constructeur chinois Geely chez Daimler a pris de court les constructeurs européens.
L'irruption du constructeur chinois Geely chez Daimler a pris de court les constructeurs européens. Crédits : Manuel Cohen - AFP

Les nouvelles normes environnementales qui vont s’appliquer dans l’industrie automobile au cours  des trois prochaines années ne risquent-elles pas de faire le jeu des constructeurs chinois ?  C’est l’avertissement lancé hier par le président du directoire de PSA, Carlos Tavares qui a mis en garde les Européens contre "un cheval de Troie". L’avertissement est direct ! Il part d’une crainte : que l’imposition de normes anti-pollution plus élevées à échéance rapprochée, à peine trois ans, ait des conséquences néfastes pour les constructeurs européens : en l’espèce, ça consisterait à  ramener les émissions moyennes de dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre, à 95 grammes au km contre un plafond de 13O actuellement. Des conditions jugées sévères par le patron de PSA, compte tenu des efforts déjà accomplis...Sévères au point qu’un acteur européen défaillant pourrait se voir imposer des amendes. Des sanctions  qui pourraient le mettre à genou. Dans pareil cas, qui profiterait de la situation ? Eh bien un constructeur non européen attiré par les technologies d’électrification des moteurs…C’est la tendance de fond, et ce constructeur aurait toute chance d’être chinois.  "L’électrique c’est qui, c’est les Chinois", résume en une formule Carlos Tavares… 

Le durcissement de la réglementation européenne issue des engagements climats de la Cop 22 pourrait donc fragiliser les constructeurs Européens ?

Vu l’appétit des industriels chinois qui ont réalisé en 2016 autant d’investissements en Europe que durant les dix années précédentes, la question de leurs ambitions ultimes, surtout  à l’heure de la montée du protectionnisme. Et singulièrement dans ce secteur très sensible qu’est l’automobile…Là où PSA a déjà l’expérience d’une alliance avec le chinois Dongfeng d'ailleurs, mais qui reste minoritaire au capital. Alliance qui s'est nouée quand  PSA allait mal.  Ce n'est plus le cas depuis. En revanche, les derniers épisodes qui se sont déroulés outre-Rhin ont interpellé les constructeurs européens. Ils ont assisté à l’arrivée du groupe chinois Geely, lequel, sans crier gare, a réussi à s’imposer comme le premier actionnaire de la firme Daimler. L’un des fleurons de l’automobile allemande. Geely n’est pas encore un constructeur important, mais il a de grandes ambitions : C'est lui qui  a tout de même racheté le suédois Volvo quand il était au bord de la disparition, puis le constructeur de voitures Lotus.  Tout le monde a compris qu’il n'allait  pas s’arrêter là…

Les Européens ont pourtant des moyens à leur disposition afin de contrer les appétits chinois.

Justement pas tant que ça, et ils ne sont pas unanimes, quand bien même Bruno Lemaire a annoncé que de nouveaux secteurs seraient soumis à autorisation préalable de l’Etat pour valider des investissements…mais dans d’autres secteurs… Le fait est que, dans l’industrie automobile, la Commission européenne, sous la pression de Berlin notamment, est appelée à renforcer la protection des acteurs nationaux. Il n’empêche, pendant ce temps, les constructeurs chinois s’organisent. Ils gagnent des marchés grâce à des usines plus modernes  et plus compétitives. Ils ne veulent plus seulement se  cantonner à des échanges de savoir-faire technologique avec les européens, en qualité de seconds, associé minoritaires, mais s’implanter en acteurs dominants, à part entière.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......