LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Chine en passe de devenir le plus grand importateur de vin dans le monde.

La consommation mondiale de vin dopée par la Chine

2 min
À retrouver dans l'émission

Elle deviendra le deuxième marché en 2021 après les Etats-Unis.

La Chine en passe de devenir le plus grand importateur de vin dans le monde.
La Chine en passe de devenir le plus grand importateur de vin dans le monde. Crédits : Georges Gobet - AFP

C’est un signe qui révèle un grand changement dans les comportements des consommateurs de vin : le Concours mondial de Bruxelles sort pour la première fois d’Europe en organisant à Pékin sa 25e édition qui débute aujourd'hui. C'est que les Chinois sont en passe d’arriver dans les premiers rangs de la consommation de vin dans le monde. 

Ils sont déjà les cinquièmes consommateurs, et d’après les prévisions, ils devraient occuper la première place avant le milieu des années 1920. Ils passeraient devant les Français et les Américains. Les Américains qui sont devenus, on ne s’en est peut-être pas rendu compte, les premiers consommateurs de vin dans le monde voilà quelques années. De plus en plus consommateurs en Chine, en sachant qu’on vient de loin : aujourd’hui, à l’année, la moyenne reste basse : à peine une bouteille et demi par habitant par an. On est très loin des standards occidentaux ! Mais la progression en volume est régulière et forte, portée tout simplement par l’élévation du niveau de vie dans ce pays qui se traduit par une poussée continue de la classe moyenne avec des différences en fonction des générations et des régions aussi.

Le marché surfe sur des différences de goût selon les provinces du nord au sud

C’est qu’on assiste pas à une demande uniforme. En fait, il y a plusieurs marchés qui se différencient de plus en plus : entre les traditionalistes, fortement attachés à une tradition qui privilégie le vin rouge, et les plus jeunes qui se démarquent avec une demande pour les blancs et les rosés. Une clientèle plus jeune, pour qui la consommation de vin est un signe d’appartenance sociale…et cette clientèle est aussi de plus en plus féminine. Mais quelle que soit la gamme des vins en jeu, le mouvement ne peut s’accélérer d’après les observateurs : il est poussé aussi par l’urbanisation, alors que, pendant des années, les circuits de distribution n’ont pas suivi dans les campagnes. Et puis, il est plus diversifié qu’on pourrait l’imaginer dans la mesure où les goûts différent sensiblement entre les provinces du nord et du sud.

Ce qui rend le marché d’autant plus intéressant pour les exportateurs

Cela veut dire que la demande n’est pas uniforme. Et dans ce courant, on voit que la France tient bon, avec toujours les Bordeaux en ligne de mire, mais qu’elle est de plus en plus talonnée par les vins australiens notamment, mais aussi chiliens et espagnols. Une concurrence qui se joue à tout niveau, du haut au moyen de de gamme. 

Pourtant les Chinois ne se contentent pas d’importer : ils sont de plus en plus viticulteurs

Malgré un climat qui n’est pas des meilleurs pour la vigne avec de forts écarts de températures, cela ne les décourage pas pour autant : la Chine possède maintenant le deuxième vignoble au monde. Jusqu’à présent, il était plutôt déprécié par les connaisseurs. Mais autant dire que dans le vin, comme dans l’industrie, on ne cesse d'innover. Et la Chine s’entoure du savoir-faire de professionnels occidentaux. Elle fait beaucoup appel à des consultants français, avec l’intention elle aussi de monter en gamme dans la production de vins qui pourraient prétendre un jour figurer dans la liste des grands crus.  

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......