LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La France et ses collectivités doivent entretenir un réseau routier exceptionnel de plus d'un million de kms.

Le réseau routier sur une mauvaise pente

2 min
À retrouver dans l'émission

Sous le coup des intempéries et des baisses de crédits, l'état des routes s'est dégradé.

La France et ses collectivités doivent entretenir un réseau routier exceptionnel de plus d'un million de kms.
La France et ses collectivités doivent entretenir un réseau routier exceptionnel de plus d'un million de kms. Crédits : Samuel Dhier - AFP

Il n'y a pas que le rail qui doit être modernisé au niveau de ses infrastructures. Il y a aussi le réseau routier qui souffre après avoir difficilement traversé la période des coupes budgétaires des collectivités. Si la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a annoncé un plan de sauvegarde avant l'été, les professionnels réclament des mesures rapides et adaptées.

C'est que tout le monde a compris qu'il n'y avait plus de temps à perdre

Que survienne une succession d'épisodes de froid et d'inondations plus sévères que d'habitude, comme cela s'est produit au cours des années précédentes, et en même temps une raréfaction des travaux pour cause de baisses d'investissement : qu'est-ce que cela donne ? Des chaussées qui se dégradent. On estime que plus de la moitié des routes, qu'elles soient nationales ou secondaires, est en mauvais état, d'après les associations d'automobilistes. Et cette dégradation est partie pour s'accélérer, faute d'avoir lancé les chantiers à temps. On évoque les routes, mais il y a aussi près d'un pont sur 10 qui serait à réparer si l'on en croit la ministre des Transports. Ce constat est partagé par les grands corps administratifs (Cour des comptes), ou législatifs avec un récent rapport du Sénat qui pointe les dangers d'une telle situation. 

Comment faire face à ces dépenses qui sont des investissements en réalité ?

C'est bien le souci. Quelle va être la clé de financement, quand on sait que le plus gros de l'effort devrait porter sur les collectivités. Si la France a le plus vaste réseau routier d'Europe, elle le doit surtout à ses routes communales : plus de 600 000 km à elles seules. Les nationales c'est à peine 10 000 km. A l'évidence, la charge est devenue très lourde pour les finances des départements et des communes. Il va donc falloir dégager d'autres moyens, et rapidement car il y va de la sécurité routière. C'est un argument qui revient de plus en plus : les départements ruraux étant les plus affectés, et c'est là qu'on enregistre une bonne partie des hausses de mortalité routière.  

Il n'y a pas que le réseau routier qui a été délaissé : les autoroutes aussi sont pointées du doigt

Une partie se serait détériorée sensiblement, passant de 5 à 16 % en à peine 5 ans. Ce que réfutent les dirigeants des sociétés d'autoroutes alors que la Cour des comptes avait déjà pointé des manquements aux obligations de maintenance du réseau. Mais ce que disent les professionnels, c'est que mis bout à bout les chantiers pour réfection du réseau nécessiteraient une dizaine de milliards en y ajoutant les nouveaux projets aussi. Pour l'heure, le gouvernement voudrait déjà passer de 800 millions à un milliard par an...  Il faudra donc pas mal de temps pour venir à bout de ce grand chantier ! Mais qui va payer la note ? Entre taxe, vignette, qui des automobilistes et des chauffeurs routiers va devoir débourser le plus ?  On n'a pas encore trouvé la ligne de partage.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......