LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les Chinois en quête de terres agricoles en France et dans le monde.

Comment freiner l'appétit de sociétés étrangères pour les terres agricoles ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Des sociétés chinoises rachètent des terres agricoles à la faveur de failles réglementaires.

Les Chinois en quête de terres agricoles en France et dans le monde.
Les Chinois en quête de terres agricoles en France et dans le monde. Crédits : Sébastien Jarry - Maxppp

Il s’agit d’un engagement d’Emmanuel Macron : mettre en place des "verrous réglementaires " sur les achats de terres agricoles en France. C’est la conséquence de la multiplication d’acquisitions de terrains à l’initiative de sociétés chinoises et qui posent la question de l’objectif ultime de ces opérations. Comme elles se réalisent en toute discrétion, cela interpelle. Et depuis quelques temps déjà : tout le monde a été surpris lorsque, voilà quatre ans, un homme d’affaires chinois rachète des terres céréalières dans l’Allier. Pas moins de 1700 ha. Une première, réalisée dans le plus grand secret. Les maires des communes étant tenus dans l’ignorance, mais une transaction en toute légalité. L’acheteur ayant repéré une faille dans le droit lui permettant de faire ces acquisitions, mais par sur l’intégralité des exploitations afin de passer sous le radar des Safer, les Sociétés d’aménagement foncier et d'établissement rural. Ce sont elles qui peuvent  préempter des terrains et faire barrage à des transactions non conformes. En contournant ainsi la législation, en transformant les exploitations en sociétés civiles, dont il rachète 98 % des parts, le groupe chinois a pu continuer à racheter d’autres terres agricoles dans l’Allier… Et le faire avec largesse, avec des offres imbattables, jusqu’à trois fois supérieures au prix du marché. De quoi séduire des agriculteurs en difficulté. 

Ces pratiques consistant à contourner la réglementation ont rapidement été montrées du doigt.

Elles l’ont été mais pas immédiatement car il a fallu identifier les acheteurs : en l’occurrence un groupe chinois spécialisé dans la pétrochimie. Quel rapport avec les terres agricoles ? A l’opération suivante, il est apparu que le propriétaire était en fait un consortium allant de  l’immobilier aux arts ménagers, en passant par des productions agro-alimentaires… Certainement pas une entreprise à vocation agricole. Des élus se sont saisis du problème, mais la réplique n’a pas été à la hauteur des enjeux. On a renforcé la réglementation par un décret, mis en place une mission, ça n’a pas colmaté les failles du système…

Pour autant, on signale que 99 % des ventes de terres agricoles s’effectuent entre propriétaires français. 

En effet, mais en seulement dix ans, le cinquième des terres agricoles est passé entre les mains de sociétés anonymes. Cela signifie qu’on est bien entré dans un processus de financiarisation d’un secteur traditionnel de l’économie. Or ces terres agricoles, dont le prix a doublé en vingt ans intéressent les Chinois. Eux ne disposant que de 8 % de terres cultivables pour nourrir 20 % de la population, ils se tournent vers la France et ses sols connus pour leurs qualités. Se fixer une implantation qui puisse alimenter un circuit agro-industriel et commercial…

La France mais aussi d’autres pays intéressent les investisseurs chinois…

Parmi ceux qui disposent de terres cultivables et qui disposent d’un cadre économique stable, garant du droit de propriété. C’est ainsi que les Chinois achètent de plus de plus de terres ailleurs qu’en Afrique, en Amérique du sud, en Australie, au Texas ou en Caroline du nord, au Canada mais aussi en Russie. Et ils ne négligent pas l’Est de l’Europe avec la Bulgarie et la Roumanie. Certains Etats comme l’Australie notamment et le Canada ont renforcé leur législation, pour s’en protéger. La France a compris qu’il était temps de prendre elle aussi des dispositions réglementaires.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......