LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Stéphane Richard entre en force sur la banque mobile avec ses 22 millions d'abonnés.

Les néo-banques gagnent du terrain en France

3 min
À retrouver dans l'émission

Le lancement d'Orange Bank ranime la concurrence des grands réseaux.

Stéphane Richard entre en force sur la banque mobile avec ses 22 millions d'abonnés.
Stéphane Richard entre en force sur la banque mobile avec ses 22 millions d'abonnés. Crédits : Vincent Isore - Maxppp

Après une succession de contre-temps, le lancement de la banque mobile d’Orange s’effectue aujourd’hui. L’opérateur de téléphonie ambitionne 2 millions de clients au cours de la prochaine décennie en s’appuyant sur ses 22 millions d’abonnés et des innovations numériques. De quoi lui ouvrir des perspectives encourageantes, mais dans l’immédiat, il s’agit de séduire une clientèle après des faux départs à répétition pour cause de problèmes dits techniques et autres bugs informatiques sans compter des tests plus laborieux que prévus. En tout cas les premiers pas de l’opérateur téléphonique vont être observés par tous ceux qui sont sur le marché : les banques traditionnelles et celles qui se mettent en ligne, dont un certain nombre sont tout simplement des filiales.

Mais au plus près des consommateurs, il y a maintenant les cartes bancaires délivrées par les grandes surfaces de Carrefour à Leclerc en passant par Casino et Auchan. Toutes procèdent d’offres basiques sur des tarifs d’appel bon marché. Gratuité de la carte, ou à petit prix, absence de frais de tenue de compte, parfois cadeau de bienvenue sous forme d’un dépôt de quelques dizaines d’euros à l’ouverture d’un compte. A quoi s'ajoutent ensuite des propositions de produits d’assurance. Pas à pas, le client se retrouve rapidement écartelé entre banque et assurance, comme dans les réseaux classiques. C’est la clé pour faire venir une nouvelle clientèle : un tiers des clients de la banque mobile y vient pour obtenir de meilleures conditions tarifaires ou de crédit, très souvent dans l’immobilier avec des prêts habitat.

Cela étant, qui dit mobilité ne signifie pas forcément départ de sa succursale d’origine : près de la moitié des nouveaux clients répondent qu’ils ont changé de banque en complément de celle dont ils sont déjà clients. Ce qui est l’indice d’un nouveau comportement qui est révélateur d’une approche plus diversifiée des nouvelles générations par rapport aux aînés.

Orange entre ainsi dans le cercle de ce qu’on appelle les "néo-banques", où l’on trouve aussi des marques étrangères.

Un bon quart change de banque par déception de son agence, ce qui est beaucoup : Le signe que l’écoute des conseillers laisse sans doute à désirer. Dans le même temps, les réseaux bancaires traditionnels se sont adaptés en proposant eux aussi des services en version mobile. Ils s’adaptent en déclinant des offres assez proches. Après la BNP, Le Crédit agricole prévoit de lancer une banque mobile adossé à son réseau dans quelques semaines.Il devrait être suivi par la Caisse d’épargne, en attendant la banque postale l’année prochaine. Une série d’initiatives qui montrent que les grands établissements ont bien pris conscience de la nécessité d'occuper une place importante sur ce segment de clientèle.

Loi Macron sur la mobilité a pu jouer aussi dans les déplacements de clientèle mais en partie, puisqu’on apprend que 5 % des Français ont changé de banque depuis.

*Mais au-delà de ces modifications dans les comportements, il reste une inconnue, et elle est de taille : le modèle de la banque en ligne a beau faire des émules, sa rentabilité n’est pas encore démontrée. Les experts estiment qu’il faut au moins attendre une dizaine, voie une quinzaine d’année pour que ces banques captent une clientèle suffisamment nombreuse et commencent à gagner elles-mêmes de l’argent…

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......