LE DIRECT
Nouveau record à  la 157 ème vente des vins des Hospices de Beaune qui a totalisé plus de 13,5 millions d'euros.

Au lendemain de la vente des vins des Hospices de Beaune, quelles perspectives sur les marchés ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Les aléas climatiques pèsent de plus en plus sur les viticulteurs.

Nouveau record à  la 157 ème vente des vins des Hospices de Beaune qui a totalisé plus de 13,5 millions d'euros.
Nouveau record à la 157 ème vente des vins des Hospices de Beaune qui a totalisé plus de 13,5 millions d'euros. Crédits : Philippe Bruchot - Maxppp

Il y avait beaucoup d'acheteurs étrangers hier à la 157e vente des vins des Hospices de Beaune. Deux pièces de charité ont été adjugées pour 420 000 euros au profit de trois associations (La fondation pour la recherche sur Alzheimer, la fédération pour la recherche sur le cerveau et la fondation Tara) . Ces enchères ne font pourtant pas oublier que l'année 2017 a été catastrophique pour les viticulteurs. A l'exception notoire de la Bourgogne: la région qui, à l’exception du Chablisien et d'une partie du Mâconnais, est passée à côté du plus fort des intempéries du printemps et qui a bénéficié de suffisamment de pluies juste avant les vendanges. Du coup, elle fait diversion dans un paysage viticole où les vignobles du Bordelais, mais aussi du Jura, accusent des pertes de récoltes de près de moitié. Autour du tiers pour l’Alsace et les Côtes du Rhône. En cause : le dérèglement climatique, qui a aussi touché les producteurs espagnols et italiens, mais aussi frappé les cépages californiens rattrapés par des incendies. Au final on estime que dans le monde, on a essuyé la pire récolte depuis 1957. 

Crédits : Visactu

Mauvaise année pour la production de vin, mais la France reste leader dans le monde à l’export

C'est heureux pour son commerce extérieur, ce qui lui permet de dégager près de 8 milliards d'euros de recettes. Après l’aéronautique, mais avant le secteur des cosmétiques, la France continue d’occuper la première place et la Bourgogne y contribue pour une bonne part, aux Etats-Unis déjà, vers le Royaume-Uni ensuite, où elle n’enregistre pas d’effet Brexit, ainsi que vers le Japon son troisième marché…. Le problème c’est que globalement la France a du mal à gagner de nouvelles parts de marché dans le monde, alors que la Chine monte, là aussi en puissance puisqu’elle détient maintenant le deuxième vignoble au monde après l’Espagne.

Comment la France peut-elle consolider sa position alors ? 

Est posée une nouvelle fois la question de la multiplicité de ses appellations, fort nombreuses, donc peu lisibles par les consommateurs étrangers. D’où la mise en place de stratégies de visibilité visant à limiter le nombre d’appellations, mais cela passe aussi par une politique de prix adaptée suivant la catégorie de vins: ceux d'entrée et de milieu de gamme et les grands crus. En sachant que c’est sur les vins à petits prix que le se développe le plus le marché à l’export. Conséquence: il faut s’adapter en permanence à l’évolution des goûts des consommateurs étrangers, mais pas seulement : les professionnels sont aussi tributaires des accords commerciaux. Ainsi le CETA, cet accord de libre-échange entre l’union européenne et le Canada est-il accueilli chaleureusement par les viticulteurs. Le Canada qui représente le 4ème marché en valeur de la Bourgogne. Or, cet accord n’est appliqué que provisoirement depuis deux mois, dans l’attente que les pays membres de l’Union européenne l’aient voté. Avec le gouvernement japonais, la validation d’un accord de libre échange pour une entrée en vigueur en 2019 est aussi très bien vue par les vignerons qui y exportent beaucoup.

En somme, « pas de négoce prospère sans viticulture » 

Une  formule qu'on a de nouveau entendue, hier en prélude à la Vente des vins des hospices de Beaune. Mais pas de position acquise non plus : une autre inconnue est en train de monter : celle du dérèglement climatique. Elle oblige maintenant la profession à s'organiser afin de se protéger d'épisodes néfastes. Et ce sont des investissements considérables à prévoir, qui passent par de l'innovation.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......