LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les parapétroliers ont vu les commandes chuter depuis 2014

Les groupes parapétroliers dans la tourmente

3 min
À retrouver dans l'émission

Victimes de la chute des prix du pétrole ils essaient de survivre.

Les parapétroliers ont vu les commandes chuter depuis 2014
Les parapétroliers ont vu les commandes chuter depuis 2014 Crédits : Valery Hache - AFP

Conséquence de la chute des prix du pétrole, les groupes parapétroliers se retrouvent dans la tourmente. Aujourd’hui, le plus exposé s’appelle CGG, spécialisé dans la prospection sismique. Il est dans l’attente d’un plan de sauvetage. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté de redresser la barre depuis quelques années. Comment en est-on arrivé là ?

C’est déjà que le retournement du marché a été rapide et violent pour les groupes parapétroliers qui participent aux travaux d'exploration et de forage off-shore. Sous l’effet de la chute des prix du baril, les dépenses d’exploration ont fondu en deux ans de plus de moitié : elles sont passées à 4O milliards contre une centaine en 2014. Or, les parapétroliers sont tributaires des grandes compagnies....Comment ont-t-elles réagi, ces compagnies, à la chute des cours ? En coupant massivement dans leurs dépenses d’exploration…Pour les parapétroliers, ce sont autant de commandes qui sont tombées à l’eau !

Du coup ils ont lancé des plans de restructuration à la hâte. A commencer par des coupes sombres dans les effectifs : des licenciements par milliers parmi les principaux opérateurs : Vallourec, le spécialiste des tubes sans soudure, Technip trés présent dans les installations sous-marines, qui a supprimé 6000 postes. Ils figurent parmi les poids poids lourds dans le secteur de l’exploration…Et CGG, spécialisé dans les études sismiques, lequel n’a pas échappé à l’hémorragie en réduisant son personnel de près de moitié dans le monde.

On voit que les conséquences de la baisse des explorations off-shore ont été brutales sur un marché très concurrentiel !

Les parapétroliers ont espéré que les prix remonteraient, qu’ils retrouveraient un peu de visibilité…Peine perdue ! Alors, ils ont réduit la voilure, le groupe Bourbon, leader mondial dans les service off-shore, a cédé une bonne partie de ses navires. Le groupe Technip, aux abois, a finalement fusionné avec un groupe américain. Vallourec espère s’en sortir mais guère avant 2020, et pour le groupe CGG, c’est l’incertitude totale. Un groupe qui avait connu l’apothéose dans les années 2000, multipliant par quatre son chiffre d’affaires, mais au prix d’un endettement record. Lorsque le marché s’est retourné, eh bien Il est tombé de haut ! La question aujourd’hui est de savoir ce que vont décider les actionnaires au cours du mois. Vont-ils approuver le plan de restructuration conclu cet été avec les créanciers qui consiste notamment à convertir près de 2 milliards de dettes en actions, en plus d'une levée de fonds.

Et l’Etat dans tout cela, a-t-il son mot à dire ? Il l'a par l’intermédiaire de la BPI, la banque publique d’investissement, l'Etat détient un peu plus de 9 % du capital et plus de 10 % des droits de vote. A ce titre c’est le premier actionnaire. Il compte, mais entouré qu’il est de fonds anglo-saxons, de fonds spéculatifs, sa marge de manœuvre est en fait bien limitée. Jusqu'à présent il a obtenu des engagements sur l'emploi qui courent jusqu'en 2019.

En tout cas, le dossier est ultra sensible car la restructuration financière du groupe se profile comme pouvant être l’une des plus importantes depuis Eurotunnel qui, il y a quelques années, avait fait beaucoup de bruit ! Ce n’est pas pour rien que les banques Lazard et Morgan Stanlay sont au chevet du groupe et que de grands cabinets d’avocats planchent sur ce dossier aujourd'hui.

On en est peut-être qu’au début, et ce sont des milliers d’emplois qui une fois de plus seront en jeu.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......