LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un chantier qui prévoit de doubler le réseau francilien d'ici 2030.

Les mécomptes du "Grand Paris Express" pointés par la Cour des comptes

2 min
À retrouver dans l'émission

Les dépenses totales pourraient passer de 25,5 milliards à plus de 38 milliards d'euros.

Un chantier qui prévoit de doubler le réseau francilien d'ici 2030.
Un chantier qui prévoit de doubler le réseau francilien d'ici 2030. Crédits : Thomas Samson - AFP

Le  chantier du grand Paris Express sévèrement pointé du doigt par la Cour des comptes. Dans un rapport à paraître aujourd’hui, elle pointe une dérive des coûts et les risques pour les finances publiques. Est-ce que ces accusations sont de nature à remettre en cause ce projet qui a mis des années avant de voir le jour ? Certainement pas ! C’est un projet qui a mis des années pour démarrer. Un projet qui remonte au début des années 1990. Mais ce n’était  encore qu’une idée…Qu’un ancien préfet, Christian Blanc, devenu secrétaire d’Etat au Grand Paris, met sur plan jusqu’à l’annonce de Nicolas Sarkozy en 2009. Tellement volumineux ce projet qu’on a vu fleurir tous les chiffrages possibles au fil du temps. Et pour cause, dès qu’il a commencé à prendre tournure, on a assisté à des échanges interminables entre élus, fonctionnaires,  socio-professionnels et entreprises sur la question des réalisations à privilégier…posant le question du coût final. Sitôt après avoir planché sur l’urbanisme et les tracés de voies en circulation, il a fallu mettre les points sur les financements. Et là, c’est vite devenu compliqué !

Après le débat, "des tractations en coulisse", titrait le Parisien à l’arrivée du printemps 2011.

Il a fallu se mettre en quête de financements. On avait annoncé que le Grand paris serait financé par un emprunt…Pas si simple parce que ce sont, au début, deux projets qui se sont fait face, entre les intérêts de la région, de Paris et de l’Etat , avec pour ligne de partage le tracé d’un supermétro. Cela a fait exploser les coûts : d’une enveloppe tournant autour de 20 à 22 milliard d'euros, on est passé en 2012 à une trentaine.Et toujours la question : qui va payer ? Les entreprises, les ménages ?  Nouvelles taxes sur les transports ou relèvement de certaines comme celles des nuits d’hôtel… Chaque collectivité avance sa proposition…  Il faut donc passer des compromis ! Il faut à la fois que l’Etat prenne ses responsabilités et tranche sur les dossiers : on apprend en 2013 que près de 4 milliards d’euros seront dirigés vers la métropole du  grand Paris,  mais ça ne résout toujours pas la question  des sources de financements. Il faut appâter  de grands investisseurs…Des équipes font des démarches exploratoires dans les pays du Golfe et en Chine. Des fonds arabes s’intéressent au projet. Ils sont prêts à investir sur du long et même du très long terme, à des taux très bas…Cela tombe bien pour les promoteurs du Grand Paris.  

Mais qui sont-ils au juste ces promoteurs du Grand Paris ? 

On ne compte pas seulement ceux qui sont missionnés pour le chantier. C’est rapidement devenu une cause portée par les constructeurs, les équipementiers, le BTP en général, les banques qui entrent dans le mouvement, Caisse d’épargne, Crédit agricole Ile-de-France, chacun avec des programmes immobiliers. Les projets foisonnent de toute part, les modes de financement aussi,  mais en en même temps qui pilote vraiment le chantier?  La société du Grand Paris fédère mais ça ne se résume pas à une gouvernance unique vu le nombre de parties prenantes.  Au risque d’une surenchère qui peut expliquer, pour partie, certains dérapages financiers recensés par la Cour des Comptes.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......