LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le groupe Pirelli veut se repositionner à l'international

Le groupe Pirelli de retour en bourse avec pneus collectés et partenaire chinois

3 min
À retrouver dans l'émission

La "ferrari des pneumatiques" veut consolider son développement à l'international.

Le groupe Pirelli veut se repositionner à l'international
Le groupe Pirelli veut se repositionner à l'international Crédits : Florent - AFP

C’est la plus importante opération en bourse de l’année qui va se jouer à partir de ce jeudi sur les marchés européens: la réintroduction du fabricant italien de pneumatiques Pirelli qui va tenter de placer au moins 35 % de son capital. Pirelli veut briller de tous ses feux, sauf que Pirelli est aujourd’hui contrôlé par les Chinois. Et quand bien même son PDG, Marco Tronchetti-Provera est bien italien, apparenté à la famille Pirelli. Lui qu'on surnomme "Mr Gendre" est bien installé dans le capitalisme de relation à l’italienne pour deux années encore. Un personnage qui sait qu’il joue gros en faisant ce choix de retour en bourse. C’est qu’il va devoir séduire les marchés ! Car il est aussi celui qui a surpris et consterné les états-majors de ses concurrents lorsqu’en 2015 il a basculé sous pavillon chinois…

Comment avait-il justifié ce choix ? Plutôt que de rester 5 ème de la classe internationale, de figurer comme le dernier des grands fabricants de pneumatiques, loin derrière Michelin, autant s’ouvrir et se diversifier en jouant dans la cour d’un plus grand, en l occurrence un géant chinois : Chemchina: un conglomérat qui va de la chimie à la nutrition animale en passant par le caoutchouc.

Cette opération avait été assez mal accueillie dans la péninsule : "un coup de Trafalgar" avait déploré l’ancien Président du Conseil, Romano Prodi. En tout cas une opération interprétée comme le signe d’un déclin du capitalisme italien. Et de fait aujourd’hui, le groupe Chemchina contrôle 65 % de l’unique actionnaire de Pirelli, le fonds d’investissement Marco Polo. Pirelli est dans la main d’intérêts chinois, quand bien même la gouvernance reste italienne.

L’opération qui se déroule aujourd’hui avec la réintroduction en bourse de Pirelli risque-t-elle de fragiliser les concurrents européens ?

De l’autre côté des Alpes, on se garde bien de vouloir affaiblir les autres fabricants... Certainement pas Michelin, trois fois plus important en volume de transactions. Pirelli prétend surtout se repositionner. D’une part sur le pneu consommateur pour des marques de prestige, d’autre part sur le pneu industriel pour camions. Affaire de stratégie, mais ses dirigeants savent qu’ils doivent confirmer leur virage industriel car si Pirelli a souscrit un accord de partenariat avec un groupe chinois, c’est qu’il avait subi une série de déboires dans les années précédentes.

En voulant grandir un peu vite en taille il avait tenté des opérations risquées : Il rate une OPA sur un groupe de pneumatiques américain dans les années 1980, puis un groupe allemand dans les années 1990. Enfin, il perd pied au moment du rachat de Telecom Italia, avant de culbuter dans la bulle internet ! Quand un groupe se plante par trois fois sur des opérations d’envergure, eh bien il met du temps à récupérer !

C’est ainsi que Pirelli s’est épuisé à vouloir devenir plus gros.

Avec le retour en Bourse, délesté d’une partie de sa dette, maintenant en meilleure forme, avec une image retouchée et le bénéfice d'une expérience reconnue, il se donne des chances de grandir dans un secteur automobile où Renault et PSA ont aussi joué la carte des alliances avec les Chinois. Pour l’heure avec succès. A la fois un exemple et un défi pour Pirelli s'il veut retrouver son aura et, qui sait, reprendre un jour le volant de la marque aux chinois.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......