LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le Billet économique par Annabelle Grelier

3 min
À retrouver dans l'émission

La politique inquiète les marchés des deux côtés de l'Atlantique. L'euphorie Trump à Wall Street est-elle passée et en Europe le Penelopegate est-il en train de faire plonger la dette française ?

Vous vous souvenez , c'etait la semaine dernière , il y a peine quelques jours c'etait l'euphorie à Wall Street , les marchés disait-on plaçaient beaucoup d'espoir dans les mesures positives que Donald Trump avaient annoncées ; l'assouplissement budgétaire , la baisse des impôts , mais aussi la dérégulation. Pourtant hier Wall Street ne se trouvait aucune raison de monter. La Bourse de New York a terminé lundi en légère baisse en l'absence d'élément suffisamment fort pour soutenir la tendance haussière à l'oeuvre depuis l'élection de Donald Trump, dont la politique commence aussi à susciter des interrogations. Les investisseurs s'interrogent désormais sur les aspects isolationnistes de sa politique aussi bien en matière d'immigration que de protectionnisme.

130 entreprises américaines, parmi lesquelles les géants des nouvelles technologies Apple, Google et Microsoft, ont uni leurs forces pour contester devant la justice le décret du nouveau président des Etats Unis interdisant l'entrée sur le territoire américain de ressortissants de sept pays à majorité musulmane...Ces entreprises qui font souvent appel à des talents étrangers s'inquiètent des "dommages" causés par une restriction trop sévère de l'immigration pour "l'innovation et la croissance".

Leur lettre prévient que cela va peser sur le recrutement et la compétitivité des entreprises américaines, nuire à leurs activités , si certains salariés ne peuvent plus négocier des contrats à l'étranger, ou que des mesures de rétorsion sont mises en place par les pays visés , voire encourager des multinationales à investir et à embaucher ailleurs qu'aux Etats-Unis.

Une inquiétude aussi ressentie en Europe ?

L'élection présidentielle française avec ses multiples rebondissements est en train également d'agiter les marchés. Les deux grandes Bourses de la zone euro qui sont en repli depuis le début de l'année sont Paris et Milan. Signe s'il en est que les investisseurs suivent les soubresauts politiques. François Fillon le vainqueur inattendu de la primaire des Républicains de l’année dernière avait quelque peu rassuré les marchés en se présentant comme la version française de Margaret Thatcher, promettant de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires, d’économiser 100 milliards d’euros et d’assouplir la réglementation pesant sur les entreprises , avec le Penelopegate les investisseurs voient le spectre du Front National de Marine Le Pen revenir en force , et son référendum sur la sortie de l'euro donne des sueurs froides aux investisseurs...

Y a t il un risque sur la dette française ?

Les fonds spéculatifs seraient très actifs et prendraient des positions contre la dette française , les analystes de JP Morgan ont émis une note de recherche intitulée "Comment se couvrir contre le risque politique français ? ils recommandent depuis septembre déjà d'être vendeurs de dette française. Même s'ils évaluent le risque d'une victoire de Marine Le Pen très peu probable , ils n'en assurent pas moins que ce scénario provoquerait des turbulences sur les marchés sans doute bien plus fortes que celles de la crise grecque de 2012. Concernant l'Europe, si les analystes s'inquiètent du projet de référendum sur l'appartenance à l'Union européenne de Marine Le Pen , ils s'inquiètent également des sondages en Allemagne montrant une réduction de l'avance pour le bloc conservateur de Mme Merkel. Reste que l'Allemagne semble encore à leurs yeux solides , ils n'excluent pas toutefois le risque de contagion. La côte d'alerte n''est pas encore franchie en France mais au fur et à mesure de la campagne l' inquiètude des marchés risque bien de grandir....de là a penser que c'est la bourse qui ferait l'élection présidentielle...il ne manquerait plus que ça à une campagne qui déjà ne manque pas de surprise ni de suspens.

Chroniques
7H15
7 min
La Question du jour
Communication de crise : François Fillon a-t-il convaincu ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......