LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La production de pétrole de schiste a rebondi aux Etats-Unis.

Les producteurs de pétrole de schiste confortés par la décision de l'OPEP

3 min
À retrouver dans l'émission

De plus en plus de pays tentés par l'exploration.

La production de pétrole de schiste a rebondi aux Etats-Unis.
La production de pétrole de schiste a rebondi aux Etats-Unis. Crédits : Matthew Staver - Maxppp

Avec la décision de l'OPEP de reconduire les quotas de production sur le pétrole jusqu'a la fin 2018, quel avenir pour la production de pétrole et de gaz de schiste ? Depuis la remontée des cours du pétrole conventionnel, on assiste aussi à une reprise des exploitations de schiste.  Le marché a rebondi, après s'être contracté à la suite de la chute du baril. Les foreurs américains ont retrouvé leur marge de rentabilité. Gaz et pétrole de schiste: on parle beaucoup du gaz, nettement moins du pétrole de schiste. C’est vrai qu’il n’atteint pas les taux records du gaz de schiste mais il s'en rapproche. Son développement est rapide. En pleine accélération aux Etats-Unis, où l’exploitation a démarré il y a une douzaine d’années.  Pour les compagnies, il y a des avantages à s'y investir car il suffit de quelques mois pour passer de la prospection à l’extraction, et avec ses petits forages, le secteur est plus réactif que celui du  pétrole conventionnel, lequel nécessite parfois des années pour y parvenir. 

C'est pourtant la Russie et non les Etats-Unis qui détient les plus importantes réserves en hydrocarbures de schiste ! Mais les Etats-Unis viennent immédiatement après,  et ils peuvent tabler sur un potentiel considérable  Au premier rang, le Texas avec l’énorme bassin du Permian. D’après les experts  de l’énergie il s’agirait du plus grand champ de pétrole de schiste au monde, devant celui de Ghawar en Arabie Saoudite. C’est là  et dans le Dakota du nord que les grandes compagnies, Exon Mobil,  Shell et Chevron ont investi pour une dizaine de milliards de dollars sur  de nouveaux puits. On est à plus de cinq millions de barils de pétrole de schiste par jour. Et ça continue de progresser. 

Mais d’autres pays se sont aussi lancés dans l’exploration et certains commencent à  exploiter le pétrole de schiste, à commencer déjà par le voisin canadien, pour qui l’accès au pétrole de schiste est plus avantageux que le pétrole conventionnel. 

C’est beaucoup plus facile, même si ça n’est pas écologique puisque le procédé de fracturation hydraulique de la roche suppose des injections massives d’eau, de sables, et y adjoindre des solvants chimiques.  Le Canada est bien engagé dans son exploitation mais on voit que sur tous les continents on est passé en mode exploratoire: La Russie, la Chine mais aussi l’Australie et l’Argentine,  qui a  accordé des licences d’exploitation à plusieurs compagnies internationales. La Chine, à raison de quelque 700 puits en perspective, compte bien se  poser en futur producteur de pétrole de schiste d’ici quelques années. Quant à l’Europe, elle est divisée sur le dossier: elle est en phase exploratoire avec le Royaume Uni, l’Espagne, la Pologne, l’Ukraine, la Lituanie, le Danemark  et la Roumanie… 

La France a repoussé les projets d’exploration, mais l’Allemagne y songe . De même que l’Algérie et l’Afrique du sud. 

On se rend compte que si les Etats-Unis ont pris une longueur d’avance, d’autres pays sont intéressés. Avec un souci de diversification manifeste pour certains comme l’Algérie, qui n’est plus assurée de la rente pétrolière quelle touchait auparavant.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......