LE DIRECT
Jerome Powell,  un Républicain consensuel va prendre la présidence de la FED

Changement de présidence à la FED, mais maintien du cap monétaire

3 min
À retrouver dans l'émission

Le nomination de Jerome Powell s'inscrit dans les pas de Janet Yellen.

Jerome Powell,  un Républicain consensuel va prendre la présidence de la FED
Jerome Powell, un Républicain consensuel va prendre la présidence de la FED Crédits : Alex Edelman / DPA - AFP

C'est donc la continuité qui a prévalu dans le choix du futur président de la Réserve fédérale aux Etats-Unis. Donald Trump n'a pas réconduit sa présidente, la démocrate Janet YELLEN et lui a préféré un républicain, Jerome POWELL.

Du coup la politique monétaire américaine ne devrait pas subir de grands changements.

Elle avait été nommée par Obama, Janet Yellen. Lui, Jerome Powell est désigné par Donald Trump. Elle aurait très bien pu faire un second mandat, comme cela se pratique depuis une quarantaine d'années. A priori on pourrait imaginer que cela préjuge d'un changement de programme, d'une autre vision de la politique monétaire.

Or, tout conduit à penser que le successeur va inscrire ses pas dans la foulée de Madame Yellen. Il a la réputation d'etre un modéré, au discours pondéré, et bien en cours, déja haut responsable à la banque centrale, quelqu'un qui a cohabité sans heurts durant le mandat de la présidente encore en exercice. Il l'a même suivie dans ses décisions en tant que participant au Comité de politique monétaire .

Surprenant à première vue ce choix de la continuité, pour ceux qui se souviennent des piques à répétition que Donal Trump a adressé à la patronne de la FED en début de mandat. Mais changement de pied au printemps quand il lui a trouvé des mérites jusqu'à se dire, il y a peu, impressionné par les analyses, et finir par en dire grand bien.

Un choix plutôt rassurant , mais une personnalité fort différente qui va piloter la politique monétaire.

Et pour cause, à 64 ans, celui que ses proches appellent Jay Powell n'a pas la carrurre traditionnelle pour le poste : il n'arrive pas, comme la plupart de ses prédécesseurs, auréolé d'un doctorat déconomie. Il n'est pas économiste ! C'est un ancien banquier, un avocat d'affaires.

Mais, comme tout président de la Réserve fédérale, Jerome Powell va devoir composer avec le chef de l'Etat. C'est tout l'art des responsables de la FED de trouver les mots, et d'adapter un tempo qui soit autant que possible en phase avec les décisions de politique économique qui relèvent, elles, du président américain.

Pourtant, il y a ce paradoxe que le locataire de la banque centrale américaine est a la tête d'une institution indépendante, quand bien même il est nommé par le chef de l'Etat.

En clair, il doit montrer de la prudence, il n'est pas seul: il doit formuler des choix compatibles avec les réformes lancées au sommet de l'Etat en prenant soin de en s'appuyer sur un comité ou siègent des gouverneurs régionaux...C'est comme cela que Janet Yellen a procédé et qu'elle a conforté son assise et renvoyé une image responsable dans le monde entier.

Au quotidien, la mission de Powell sera celle des régulateurs monétaires.

Powell devra accompagner le développement économique en jouant sur les taux d'intérêt, de sorte qu'ils encouragent les crédits tout en veillant sur les prix et le niveau de l'emploi. Ce sont les fondamentaux, ciblés sur les intérêts économiques américains. Jerome Powell devra le faire tout en prenant en compte la réforme fiscale de Donald Trump visant à accélérer la croissance. Un travail où il faut savoir ménager la Maison blanche, les marchés, et on peut le dire la terre entière car, avec le dollar, les décisions de la FED ont des répercussions sur les places mondiales.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......