LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Cour des Comptes rue Cambon a Paris

Le dérapage des dépenses publiques vu par la Cour des Comptes

3 min
À retrouver dans l'émission

L'audit de la cour des comptes sur les finances publiques sera dévoilé demain jeudi. Il chiffrerait à 3,2% du PIB le déficit prévu pour 2017 au lieu de 2,8% ce qui laisserait un trou a combler de 4 à 5 milliards d'euros. La Cour des comptes épingle le gouvernement Hollande.

La Cour des Comptes rue Cambon a Paris
La Cour des Comptes rue Cambon a Paris Crédits : Photo12 / Gilles Targat - AFP

Il y avait eu des fuites sur cet audit très attendu , dans le Canard Enchaîné qui évoquait un trou de 9 milliards d'euros dans le budget 2017 et de 17 milliards en 2018 par rapport à la trajectoire des finances publiques du précédent gouvernement. Un chiffre également évoqué par TF1 lundi soir. On connaîtra le chiffrages réel demain mais de toute évidence la Cour des Comptes va dresser un état des lieux sévère pour le gouvernement Hollande. Jusque là rien finalement de très surprenant, tous les nouveaux gouvernements demandent un audit sur l'ancien qui laisseraient les caisses vides pouvant ainsi justifier d'un tour de vis sur le budget ou quelques hausses d'impôts devenues nécessaires. Effet de dramatisation bien connu des habitués de Bercy qui ne manquera pas de sel cette année puisque les sages de la rue de Cambon n'ont pas ménagé leur peine et parlent même d' éléments "d'insincérité" dans la gestion des comptes publics. Terme loin d'être anodin quand on sait qu'il peut conduire à l'invalidation du budget. Le conseil constitutionnel , qui seul a l'autorité d'approuver le projet de loi de finances , avait en décembre dernier était moins sévère tout en estimant les hypothèses du budget de la dernière année de mandat Hollande toutefois bien optimistes.

D'où viennent les dérapages ?

Selon le quotidien économique Les Echos qui cite une source proche du dossier, l'audit de la Cour soulignerait l'impact de différents facteurs - dont certains ont été relevés par l'opposition dès la présentation du budget 2017 à l'automne dernier - comme la recapitalisation à venir d'Areva : 2 milliards 300 millions d'euros qui n'auraient pas été pris en compte par le précédent exécutif. Michel Sapin, contacté par le Canard Enchainé a déclaré que cette opération n'avait pas encore eu lieu et que la somme avait été gelée sur un compte spécial.

Autres dépenses expliquant le dérapage budgétaire , les dépenses en lien avec le plan d'urgence pour l'emploi, les emplois aidés , les recrutements dans la police et l'armée ou encore les effets différés des mesures en faveur des fonctionnaires. Enfin la lutte contre la fraude fiscale aurait été moins bonne que prévue , les repentis fiscaux n'auraient rapporté à la France qu'un milliard d'euros au lieu des 2 milliards escomptés.

Où le nouveau gouvernement va t il trouver les 4 à 5 milliards d'économies ?

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a écarté dimanche toute hausse des impôts, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, évoquait lui des "décisions difficiles" à prendre "immédiatement". Une réunion a eu lieu hier à l' Élysée , un séminaire gouvernemental se tiendra vendredi et samedi à Nancy où la question des arbitrages budgétaires devrait être abordée. Jean-Paul Delevoye, qui a piloté les investitures de La République en marche, a tout de même affirmé hier qu'il ne fallait "rien s'interdire", y compris "reporter" les baisses d'impôts, afin de respecter l'engagement d'un déficit budgétaire inférieur à 3% du PIB. Promesse faite à Bruxelles. En tous cas pour faire des économies , le président bénéficie d'un environnement favorable avec des indicateurs économiques très positifs : l'Insee a révisé à 0,5% son estimation de croissance pour le premier trimestre et 1,6% pour l'année 2017 , le moral des ménages a atteint en mai son plus haut niveau depuis l'été 2007 et le climat des affaires a grimpé à un niveau inédit depuis six ans.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......