LE DIRECT
Brexit. Et après ?

Les bons chiffres de la croissance britannique relativisent l'effet Brexit

2 min
À retrouver dans l'émission

Les scénarios catastrophiques démentis par le dynamisme de l'économie outre-Manche

Brexit. Et après ?
Brexit. Et après ? Crédits : VisaActu - Radio France

Voilà que les autorités britanniques relèvent leur taux de croissance à 2 % pour cette année...Plus que l'OCDE qui, elle, s'arrête à 1,6 % , mais qui tout de même, table sur une croissance qui fait bonne figure. C'est étonnant quand vous pensez aux scénarios alarmistes qui se sont succédé, peu avant l'annonce du vote en faveur du Brexit, puis dans sa foulée ...

Car les prévisionnistes affichaient un double risque : celui d'une récession outre-manche, rapide , violente, à échéance 2017, une récession avec effet collatéral sur la zone euro, mais limité et relativement court. En tout cas, le Royaume uni devait, lui, être touché au coeur.

"C'est le calme avant la tempête", prévenaient des spécialistes de la finance...Pour Barclays, la Grande-Bretagne allait "entrer de façon imminente dans une récession prolongée".

Les difficultés étaient au coin de la rue ...

Force est de constater que ce n'est pas ce qui s'est déroulé. Non seulement l'économie britannique a gardé la forme, mais elle va mieux !

Bref, la plupart des observateurs se sont trompés par deux fois : en minorant , voire en excluant la possibilité d'un Brexit puis en majorant ses conséquences sur l'économie.

Les économistes se sont tout de même assez vite ravisés...De trimestre en trimestre, le ton a changé !

Au milieu de l'été, vous pouviez lire des titres de presse assez prudents: "jusqu'ici tout va bien ....mais le plus dur est à venir..." Au début de l'automne : "l'économie britannique fait de la résistance ..."Mais avec des bémols ..."cette économie envoie des signaux contradictoires", "l'inflation risque de s'emballer", "les signes d'une contraction se précisent", "la livre sterling est en chute libre", "le moral des consommateurs en berne", "les entrepreneurs renoncent à investir" ...a-t-on pu lire dans la presse économique.

Attention, ça pourrait se gâter l'année d'après !

Arrive le début 2017, cette fois, plus de doute, on a passé le cap des peurs de l'hiver: loin d'être affectée, l'économie britannique prospère. C'est la lecture qu'en fait le journal Les Echos aux premiers jours de la nouvelle année. Le tourisme en plein boum, le chômage au plus bas sous la barre des 5 %, des prix qui montent mais encore supportables. L'économie prospère peut-être, mais elle n'est pas à l'abri de turbulences qui pourraient suivre, cette fois, le déclenchement des pourparlers avec l'article 50....

Qu'il y ait des trous d'air, nul ne l'exclut sur les trois années qui viennent, et qu'il faille s'en protéger , c'est dans la tête des responsables publics Outre-Manche, à commencer par le gouvernement qui mise aussi sur l'investissement public pour stimuler une économie qui pourrait s'essouffler. Mais le risque le plus fort n'est-il pas repassé sur le continent avec les incertitudes qui entourent les échéances électorales de la France et indirectement de la zone euro.

C'est la réflexion qu'on fait de l'autre côté de la Manche où l'on voit que les foyers d'instabilité économique et sociale pourraient se déplacer sur le continent à l'inverse de tout ce qui était prévu l'an dernier !

Chroniques

7H15
7 min

La Question du jour

Rétablir le service militaire: une idée réaliste?
Intervenants
  • Journaliste économique, chef du service économie de la rédaction de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......