LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Sanofi va devoir gérer une campagne de communication délicate sur le vaccin Dengvaxia.

Les déboires de Sanofi, mis en cause pour son vaccin contre la dengue

2 min
À retrouver dans l'émission

Un coup de frein sur le marché des vaccins qui n'arrêtera pas la recherche et l'innovation.

Sanofi va devoir gérer une campagne de communication délicate sur le vaccin Dengvaxia.
Sanofi va devoir gérer une campagne de communication délicate sur le vaccin Dengvaxia. Crédits : Eric Piermont - AFP

Quelles seront les conséquences pour le groupe Sanofi, après la décision des autorités philippines de suspendre une campagne de vaccination contre le virus de la dengue. Décision prise après que le groupe de santé français a mis en garde sur des risques d'aggravation de la maladie dans certains cas. C'est le vaccin mis au point par Sanofi qui est visé, Dengvaxia.  Sanofi avait beaucoup misé sur ce vaccin : le premier au monde contre la dengue à être mis sur le marché.  c’est au Mexique qu’ont été livrés les premiers lots voilà deux ans,  avec la certitude  d’un marché considérable, du fait que, selon l’OMS, c’est près de  4OO millions de personnes qui sont infectées chaque année par cette maladie infectieuse et douloureuse. De quelques  pays concernés au siècle dernier on est passé à 128 ! Cela ressemble à une pandémie.  Le groupe pouvait espérer élargir son offre, et il a commencé à  le faire en direction d'une dizaine de pays, dont le Brésil . Sauf que les résultats n’ont pas été au rendez-vous : 22 millions d'euros de vente sur l’année quand le groupe en escomptait beaucoup plus. Moins par méfiance des populations semble-t-il que par le prix de  campagnes de vaccinations  publiques dans des pays où les revenus ont baissé avec la chute du prix du pétrole et celle des matières premières. 

Du coup, y-a-t-il des risques pour Sanofi de voir s’effondrer un marché de premier plan ?

Sauf à se concentrer sur  les groupes de personnes qui peuvent être vaccinés sans risques, et qui sont fort nombreux. Mais comme l’objectif était aussi de prévenir la contraction de la dengue auprès de populations jeunes, on peut s'attendre de toute  façon à un coup de frein au développement de ce vaccin.  Ce qui ne sera pas sans effet sur une partie de chaine Recherche et  Développement de Sanofi, qui fait la course en tête avec les plus grands laboratoires, Pfizer, Merck, GSK. A eux quatre, ces groupes produisent près de 80 % des vaccins au monde. Avec sa filiale, Sanofi-Pasteur tient son rang dans le monde. 

Le groupe fonctionne sur le pivot d’une politique de recherche-développement qui, pour la fabrication d’un  seul vaccin peut nécessiter une vingtaine d’années de recherches. 

La mise au point du vaccin anti dengue a coûté au moins 1 milliard et demi d'euros. C’est que dans le secteur de la santé,  le ticket d’entrée est cher : le vaccin étant un produit biologique, donc vivant, c’est long et compliqué à produire. Pour autant, Sanofi disposant d’une palette de 22 vaccins contre les maladies infectieuses, ce n’est pas un seul d’entre eux qui va déstabiliser le groupe. Mais sans doute l’obliger à réorganiser une partie de son organisation, une fois de plus, après s’être restructuré en supprimant des postes en interne, et en nouant des partenariats avec des sociétés extérieures.  Car, comme ses concurrents, le groupe  est engagé dans une course à la production : la demande de vaccins s’amplifie dans le monde, sous la poussée des pays émergents.   

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......