LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Alexeï  Oulioukaïev avec Vladimir Poutine (de dos), à sa nomination en 2013

Les incohérences du limogeage du ministre russe des finances

3 min
À retrouver dans l'émission

Alexeï Oulioukaïev a été arrêté en pleine nuit. Ministre russe des finances, il est le plus haut responsable russe interpellé depuis la chute de l'Union Soviétique en 1991. Officiellement pour corruption lors de la vente d'une entreprise publique pétrolière russe.

Alexeï  Oulioukaïev avec Vladimir Poutine (de dos), à sa nomination en 2013
Alexeï Oulioukaïev avec Vladimir Poutine (de dos), à sa nomination en 2013 Crédits : ALEXEY NIKOLSKY - Maxppp

Arrestation spectaculaire, en pleine nuit. Soit disant, ou plutôt c'est la version officielle, Alexeil Oulioukaiev, ministre des finances depuis 3 ans a été arrêté alors qu'il était en train de recevoir un pot de vin de 130 millions de roubles, deux millions de dollars. Il est maintenant assigné à résidence et encours jusqu'à 15 ans de prison s'il est jugé coupable.

Il y a depuis quelques mois une vague d'arrestations dans les hautes sphères du Kremlin, officiellement, encore, pour lutter contre la corruption des élites. Mais c'est la première fois depuis que Vladimir Poutine dirige le pays qu'un responsable de ce rang en est l'objet. Déjà présenté à un tribunal moscovite, Alexeil Oulioukaiev a nié toute malversation.

On aura difficilement le fin mot de l'histoire, mais on peut souligner déjà de très nombreuses incohérences...

La première c'est le montant du pot de vin que le ministre aurait demandé. 2 millions de dollars, selon les experts en corruption, c'est un montant digne d'un élu local, pas d'un membre du gouvernement. Récemment un simple colonel de police a été arrêté pour un dessous de table à 140 millions de dollars.

La deuxième, c'est l'entreprise à qui le ministre aurait réclamé ce pot de vin. La version officielle dit qu'il l'a réclamé à Rosneft. Rosneft, retenez bien ce nom, c'est la deuxième entreprise mondiale d'hydrocarbure, devant les Exxon Total etc... mais derrière la compagnie saoudienne Aramco. C'est dans les locaux de Rosneft, d'ailleurs, que le ministre a été arrêté. Mais là encore, on s'étonne dans les milieux d'affaires russes. Le président de la fédération Russe des industriels et entrepreneurs ose même le dire publiquement au Financial Times:

"Il faudrait être fou pour menacer une entreprise dont le patron est l'un des plus proches de Vladimir Poutine".

Et effectivement Rosneft, est dirigée par Igor Setchin, un des plus proches du président russe, qui comme lui est issu des services secrets.

Il y aurait une lutte en ce moment entre ces cadres, issus de l'armée, la police et les services secrets, et les libéraux, ce qu'était le ministre des finances. Ce limogeage serait donc un signe envoyé à ces libéraux qu'ils ne sont plus à l'abri de l'arbitraire, quelque soit leur rang. Vous trouverez dans le tweet ci-dessous une très bonne revue de presse des médias russes qui évoque cette question.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Rien de rationnel sur le plan économique

L'incohérence sur laquelle je voudrais m'attarder maintenant, est d'ordre économique, même si dans ce dossier, il n'y a visiblement rien de rationnel. Pour cela, il faut revenir à la situation catastrophique du pays.

L'économie russe va très mal en depuis 3-4 ans. Après avoir connu une croissance insolente de 7% dans les années 2000-2008, le pays a été frappé par la crise, qui a asséché les sources de financement extérieur. Entre 2010 et 2014, il y a eu un mieux, parce que les prix du pétrole était au plus haut, et que les hydrocarbures assurent 50% des recettes de l'Etat, 70% des exportations.

Depuis que les cours sont au plus bas, la Russie vit comme tous les pays pétroliers, Nigéria Vénézuéla, Arabie Saoudite, une situation critique sur le plan budgétaire, les déficits bondissent, et sur le plan monétaire, les réserves fondent.

Voir ici trois précédents billets sur ces pays:

Chaque pays pétrolier a sa façon de s'en sortir. La Russie doit en plus faire avec les sanctions économiques depuis son annexion de la Crimée. Son plan, c'était de privatiser. Un grand plan a donc été lancé, et c'est le ministre des finances arrêté qui devait le mener.

On présente Alexeï Oulioukaïev comme un économiste rigoureux, qui avait la confiance des investisseurs étrangers. Le limoger alors que l'on cherche à s'ouvrir vers l'extérieur, ça n'est pas logique. Mais il était visiblement à contre courant, car la Russie, dans son processus de privatisation, est en fait en train de se nationaliser et il a eu le tort de le dire.

Self privatisation, kesako?

Les journaux anglais appellent cela "self privatisation". Cela veut dire que l'économie russe s'étatise et se concentre en se privatisant. Le cas sur lequel Oulioukaiev est tombé est emblématique de ce processus.

Bachneft, entreprise publique russe d'hydrocarbure devait être privatisée depuis 2014, pour récupérer de l'argent. Mais finalement elle a été revendu à une autre entreprise publique d'hydrocarbures, plus grosse encore, la première de Russie qui s'appellent Rosneft.

Quand une entreprise publique rachète une autre entreprise publique, cela ne rapporte rien à l'Etat comme devise, et c'est pour cela que l'ex ministre des finances russes s'y serait opposé au départ. Avant de se raviser, de laisser faire... puis de tomber entre les mains du Comité d'enquête, principal organe d'investigation en Russie qui dit détenir des preuves accablantes envers lui.

Le but de ces privatisations est-il vraiment de trouver de l'argent pour remplir les caisses? Ou est-ce un moyen de réallouer des actifs stratégiques entre oligarques et proches du pouvoir?

Depuis que le programme de privatisation a été lancé, les entreprises contrôlées par l'Etat comptent pour 70% de l'économie Russe contre 35% en 2005, relève un observatoire anti-monopole Russe.

Chroniques
7H15
7 min
La Question du jour
Orthographe : les Français méritent-ils le bonnet d’âne ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......