LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La revalorisation des pensions a considérablement ralenti.

Les retraités appelés à participer aux efforts pour faire des économies

2 min
À retrouver dans l'émission

Une grande réforme du système par répartition se profile à l'horizon 2018.

La revalorisation des pensions a considérablement ralenti.
La revalorisation des pensions a considérablement ralenti. Crédits : Christophe Archambault - AFP

Au moment où le gouvernement s'apprête à exposer son projet de financement de la sécurité sociale, la question des retraites revient en force. Il y a d'une part le projet de réforme d'Emmanuel Macron, et dans l'immédiat la situation des retraités.

Au cours de ces dernières années, les retraités n'ont pas été à la fête ! Ils regardent le montant de leurs pensions, et qu'ont-ils remarqué: l'an dernier, pas de revalorisation pour cause d'inflation trop faible car désormais le relèvement des pensions est indexé sur l'évolution moyenne de l'indice des prix. L'année précédente, ils n'ont eu droit qu'à une une augmentation à peine perceptible : 0,1 % et en 2014, on les avait gelé pour faire des économies. Quant aux retraites complémentaires Agirc-Arrco, elles sont gelées depuis 2013: Il fallait redresser les comptes.Certes, le montant de la pension de retraite de base doit augmenter le mois prochain mais pas de quoi se réjouir trop vite: 2018 devrait être une année blanche, le gouvernement ayant prévu de décaler à 2019 le montant de la prochaine revalorisation. Et cela pour des raisons d'ordre budgétaire: économiser quelque 380 millions d'euros l'année prochaine.

Toujours des économies alors que la sécurité sociale réduit ses déficits et que la branche vieillesse améliore ses comptes...

Les retraités qui vont aussi être mis à contribution avec la hausse la CSG, mais sans bénéficier des contreparties qui sont prévues pour les salariés du privé, les indépendants et les fonctionnaires.

La mesure devrait peser sur environ 6 retraités sur 10, ceux qui sont soumis aux taux plein de la CSG, au dessus de 14000 euros environ pour un célibataire, 22 000 pour un couple. Un effort réclamé au nom de la solidarité avec les plus jeunes générations...

Au-delà, une réforme est en gestation. C'est d'ailleurs pour cela qu'un" Monsieur retraite" a été nommé il y a quelques semaines, Jean-Paul Delevoye, ancien président du CESE, le Conseil économique sociale et environnemental. L'objectif est de passer à un régime de retraite par points , plus juste , plus transparent aussi. Un régime où un euro cotisé donnerait droit à la même retraite, que l'on soit fonctionnaire ou salarié du privé...Le faire tout en simplifiant un système compliqué avec 36 régimes complémentaires.

Autant dire un méga chantier, mais ais à quel prix ? Il va être d'autant plus difficile à mener que les dernières projections du COR, le Conseil d'Orientation des Retraites, ne tablent sur un retour probable à l'équilibre financier du système de retraite qu'en 2040...Tout cela prendra donc du temps !

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......