LE DIRECT
La réforme pourrait passer par une baisse des APL qui pose la question de l'avenir du parc HLM

Les soubresauts de la réforme du logement.

2 min
À retrouver dans l'émission

Les pistes convergent en direction d'une baisse des APL, mais les choix restent en suspens.

La réforme pourrait passer par une baisse des APL qui pose la question de l'avenir du parc HLM
La réforme pourrait passer par une baisse des APL qui pose la question de l'avenir du parc HLM Crédits : Alexandre Marchi - Maxppp

Mais à quel prix ? Entre les deux, on dénombre quantité de dispositifs d’aide, sous diverses formes, le plus souvent fiscaux : cela représente un manque à gagner dans les caisses de l’Etat. De l’autre, des normes en supplément, par centaines : elles renchérissent les coûts de construction. Ce serait un frein à la fabrication de logements sociaux.

Entre les deux, un Etat qui a besoin de trouver des poches d’économie à plusieurs étages…Difficile de résister à la tentation de mettre un doigt dans l’empilement des mesures qui se sont succédé en faveur de la pierre et de faire un peu de ménage là-dedans.On estime à 4O milliards le montant de l’argent public consacré au logement…. Ce sont des montants qui posent question, comme si l’immobilier devait être maintenu sous perfusion…En même temps on ne comprendrait pas grand-chose à la situation actuelle si on fait l’impasse sur les le retournement du marché. Il est récent ! Les professionnels de l’immobilier sont optimistes à 82 % d’après le baromètre du Crédit foncier. Sans doute, et pourtant ce n’est guère que depuis la fin 2014 que l’immobilier est reparti en flèche, et encore pas partout. Or, Si la reprise s’est accélérée, c’est peut-être grâce à la baisse des taux mais aussi sur le rebond des incitations fiscales !

Maintenant, le gouvernement veut réduire sa panoplie d’aides financières, mais c’est le calendrier et les modalités qui vont jouer pour beaucoup … Dans l’immédiat, c’est la situation des logements sociaux qui attend des réponses, et la forte demande d’hébergements d’urgence.

Il est question de 50 000 places supplémentaires pour remplacer les nuitées d’hôtel qui reviennent à la charge de l’Etat; cela relève d’un dispositif de logements dits « très sociaux » qui serait renforcé…Dans tous les cas, comme il y a besoin de ranimer le parc social et que le gouvernement a moins de moyens, il ferait notamment le choix d’une baisse des APL, les Aides Personnalisées au logement. Quant on sait que les APL représentent plus de 8 milliards d’euros, qu’elles ont triplé en une vingtaine d’années, mais sans bénéficier à plus d’allocataires, ça pose question

C’est l’une des réformes que le gouvernement veut mettre rapidement sur pied : celle du logement. On attendait sa présentation en conseil des ministres ce matin. Finalement, elle sera repoussée à la semaine prochaine. On en connaît tout de même les grands axes : encourager la construction de logements sociaux et diminuer les avantages fiscaux liés aux placements dans l’immobilier. Comment l’Etat compte-t-il s’y prendre ? Sa méthode commence à se clarifier. D’un côté, vous avez un parc de logement social relativement insuffisant, de l’autre un marché de l’immobilier qui, globalement , a repris des couleurs….

Au bout du compte, qui va être mis à contribution pour financer la nouvelle politique du logement ? Directement ou pas, les plus aisés à travers un impôt sur la fortune qui se transformera en impôt sur la fortune immobilière…Les épargnants qui devraient voir leur livret A rester au plancher, à O,75 % ...Le livret qui finance le logement social. Reste une interrogation sur le partage de l’effort qui se fera entre locataires et propriétaires à travers la baisse des APL. Comment va-t-il être réparti ? Il s'agit d'un point très sensible dans l’équation financière…

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......