LE DIRECT
Annonce de candidature à Bobigny, une place remplie de journalistes français et anglo-saxons

Macron to run for the Presidential election

3 min
À retrouver dans l'émission

Rendu célèbre par la "Macron law" et son objectif de libéralisation, Emmanuel Macron plait clairement aux médias anglo-saxons. Comment parlent-ils de lui? Et comment lui leur parle? Revue de presse qui en dit plus long sur son programme économique que lui ne peut dire en France.

Annonce de candidature à Bobigny, une place remplie de journalistes français et anglo-saxons
Annonce de candidature à Bobigny, une place remplie de journalistes français et anglo-saxons Crédits : VILLARD - Sipa

Dans ce billet, "I am going to talk about Emmanuel Macron running for presidential election". C'est à dire d'Emmanuel Macron tel qu'il est vu par les médias économiques anglo-saxons comme le Financial Times, Bloomberg, le Wall Street journal et Reuters .

Et je vais également vous raconter ce que lui leur dit. C'est très éclairant, car quand l'ancien ministre de l'économie répond à ces médias, il ne s'adresse pas à des électeurs potentiels, mais à un public d'investisseurs, de business man, d'analystes financiers... et il est beaucoup plus franc du collier.

Nous sommes en décembre 2014, quelques mois après sa nomination au poste de ministre, Emmanuel Macron se rend sur un salon. Il est interrogé à la volée par une journaliste de Bloomberg, et quand il parle des chefs d'entreprises, il dit :

Ils n'ont besoin de rien, ils sont entrepreneurs parce qu'ils ont osé, parce qu'ils ont de la volonté, on doit les aider.

Le ton était donné. Son curriculum vitae a fait le reste. Dans leurs premières phrases de description ces journaux reviennent systématiquement sur son parcours de banquier. C'est au Wall Street journal, qu'il a d'ailleurs confié

"Quand vous êtes banquier, vous êtes un peu comme une prostituée, parce que vous devez séduire".

Voilà qui n'a pas déplu. Au contraire. Ce style direct, cette envie affichée de bousculer l'économie française, dépeinte dans ces articles comme sclérosée, est un atout depuis le début.

La Macron law, loi Macron a donné lieu à de nombreux articles et portraits de lui. Selon le Financial Times, Emmanuel Macron incarne le "newfound reformist drive" en France, que l'on peut traduire par nouvelle impulsion réformiste.

Son programme sera le plus pro-européens de tous, analyse Bloomberg après son discours de candidature à Bobigny, along with a classic free-market recipe, des recettes libérales classiques, qui sortiront le pays de son "economic malaise", malaise économique.

Clairement, Emmanuel Macron coche toutes les cases pour plaire à cette presse qui lui a consacré beaucoup plus d'articles qu'aux autres ministres français. Et lui, dans ses interviews n'a aucun complexe à proner, avec plus de tranquillité que quand il ne le fait en France:

  • la fin des 35h
  • plus de concurrence
  • moins de carcans administratifs
  • une plus grande facilité de licenciement.

Interrogé par Bloomberg encore, cet été, quand il parle de la loi travail, il dit:

La loi passera parce que c'est une nécessité, et les gens de mon pays sont majoritairement pour s'adapter à la globalisation.

Clairement pour ces journaux anglo-saxons, Emmanuel Macron est un espoir pour la France, parce qu'il partage avec eux leur vision de ce qu'est un pays moderne.

Emmanuel Macron, un homme de gauche?

Ces journaux ne remettent pas en cause son engagement à gauche. Dans leurs articles, ils évoquent même sa potentielle capacité à combiner un programme libéral sur le plan économique, avec des mesures sociales. De son discours de candidature, le Financial Times a retenu son appel à une meilleure couverture chomage, et les moyens supplémentaire qu'il veut allouer aux "écoles des banlieues pauvres décimées par le chômage, le crime et le risque de radicalisation islamiste".

Souvent interrogé par cette presse sur ce qu'est la gauche pour lui, Emmanuel Macron répond:

"La gauche dont je rêve est celle qui donne à chaque individu les moyens d'être autonomes, je crois en l'égalité des chances. The left I dream about is one that gives individuals the means to build their autonomy at each critical step of their lives. I believe in equal opportunities"

Combiner le rêve, l'individualisme, l'égalité des chances et un programme libéral sur le plan économique, voilà qui est ambitieux, voire post-moderne, mais Emmanuel Macron peut-il à la fois séduire les médias libéraux anglo-saxons et les Français? There's a doubt...

Chroniques

7H15
6 min

La Question du jour

Emmanuel Macron : une communication en marche ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......