LE DIRECT
Le ministère chinois des Finances a estimé que cette dégradation était fondée sur une méthodologie inappropriée qui, selon lui, exagère les difficultés auxquelles l'économie chinoise est confrontée.

Moody's dégrade la note de la Chine

3 min
À retrouver dans l'émission

Moodys abaisse la note de la dette de la Chine à A1, à 5 rangs de la note la plus élevée, AAA. En cause, le ralentissement économique, et un endettement très important qui devrait s'accroitre.. du fait du ralentissement économique. La spirale est dangereuse, mais ce n'est pas encore la panique.

Le ministère chinois des Finances a estimé que cette dégradation était fondée sur une méthodologie inappropriée qui, selon lui, exagère les difficultés auxquelles l'économie chinoise est confrontée.
Le ministère chinois des Finances a estimé que cette dégradation était fondée sur une méthodologie inappropriée qui, selon lui, exagère les difficultés auxquelles l'économie chinoise est confrontée. Crédits : Dong naide - AFP

Pas de quoi s'affoler à court terme, pas d'affolement à attendre sur les marchés financiers. La dette de la Chine est pour l'essentiel une dette domestique, détenue par des agents en majeur partie publique. La dette que la Chine a contracté auprès de l'étranger est faible en pourcentage du PIB. C'est 12%.

D'habitude, quand la dette d'un pays a une moins bonne note, cela inquiète les investisseurs, les marchés financiers, bref, tout ceux qui prêtent à cet État, car cette moins bonne note veut dire qu'il est plus risqué de prêter à cet État, selon l'analyse de l'agence de notation.

On a vu ça quand il y a eu la crise des dettes publiques dans la zone euro en 2011. Chaque dégradation de la note conduisait à des augmentations de taux d'intérêt, (plus c'est risqué, plus le prêteur veut être rémunéré pour son risque), et il y a donc eu ces spirales ascendantes terribles, alimentée par les analyses alarmistes sur les PIGS (Portugal, Italie, Grèce, eSpagne), ce qui a conduit ensuite aux prêts à la Grèce, Portugal, Irlande...

Là, on est pas du tout dans cette configuration. Avec 12% de la dette chinoise, privée et publique, les marchés financiers internationaux ne donnent pas le là, donc pas de panique à attendre de ce côté là.

De plus, la baisse est assez contenue. La dette chinoise était notée auparavant Aa3, cela s'écrit A petit a 3. Là on passe à A1, un cran en dessous, 4 crans en dessous de la meilleure note, le fameux AAA. On sort de la catégorie "prime" (haute qualité), on passe en "high grade" (haute qualité), cela reste tout en haut de l'échelle. Pour comparer la France est deux crans au dessus, Aa2.

Endettement en hausse pour longtemps.

A moyen terme, l'analyse de l'agence de notation pointe des failles dans l'économie chinoise, plus inquiétantes pour l'avenir.

Depuis quelques années, la Chine amorce une phase de ralentissement de sa croissance. L’atterrissage semble se faire en douceur, c'était la grande question sur l'économie chinoise il y a un an, mais selon l'agence de notation, cette croissance devrait se stabiliser autour de 5%.

5% c'est bien, mais c'est deux fois moins qu'en 2010, la croissance était alors de 10%.

Or, pour limiter ce ralentissement, que font les autorités chinoises? Elles font de la relance budgétaire (policy stimulus), c'est à dire qu'elles augmentent les dépenses de l'Etat. La perspective, c'est donc une augmentation de l'endettement encore plus grand.

"The importance the authorities attach to maintaining robust growth will result in sustained policy stimulus, given the growing structural impediments to achieving current growth targets. Such stimulus will contribute to rising debt across the economy as a whole, écrit Moodys.

La perspective, c'est aussi un soutien aux entreprises publiques. Ces entreprises, que l'on dit zombies, parce qu'elles sont très endettées, et n'empruntent plus pour investir, mais juste pour rembourser leurs intérêts. Ce secteur zombie représente 55% de la dette «corporate» (entreprise) chinoise mais seulement 22% de la production du pays, selon des estimations du Fonds Monétaire International qui a déjà alerté sur des risques de crises bancaires en Chine.

« Les problèmes d’endettement des entreprises aujourd’hui peuvent devenir des problèmes d’endettement systémique demain. Des problèmes d’endettement systémique peuvent conduire à une croissance économique bien plus faible ou à une crise bancaire. Ou aux deux»

Voir ici un précédent billet: Chine: anéantir les entreprises zombies

Le risque il est là pour la Chine, plus la croissance va ralentir, plus l'endettement va grossir prédit l'agence de notation.

L'endettement public n'est pas très élevé, il représente 40% du PIB, c'est l'endettement privé qui donne le vertige, puisqu'il fait passer le total de l'endettement à 256% du PIB en Chine. Ce qui est beaucoup dans un pays où le PIB par habitant reste faible note Moody's. Pour comparer, le PIB par habitant, c'est 8000 dollars en Chine, contre 56 000 aux Etats-Unis, 36 000 en France.

Cependant, Moodys n'appuie pas sur le bouton panique avec cette nouvelle note: selon elle les réformes graduelles et approfondies vont finir par porter leur fruit. De plus la Chine peut toujours compter sur les 3000 milliards de dollars de réserves de la Banque Centrale, ce qui limite les risques de déstabilisation financière.

Marie Viennot

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......