LE DIRECT
Malgré son codicille, Georges Brassens n'est pas enterré en plage de Sète mais...

Mort : faites vos comptes!

3 min
À retrouver dans l'émission

Chaque année plus de 450 000 personnes souscrivent un contrat d'assurance obsèques, mais à moins de mourir rapidement, ça n'est pas toujours intéressant affirme 60 millions de consommateurs qui a mené l'enquête après avoir été impressionné par la détresse des témoignages sur ses forums.

Malgré son codicille, Georges Brassens n'est pas enterré en plage de Sète mais...
Malgré son codicille, Georges Brassens n'est pas enterré en plage de Sète mais... Crédits : Vincent ANDORRA - Maxppp

Pour être tout à fait correcte, il faudrait plutôt parler de la mort le 2 novembre, jour des défunts, mais demain la vie aura repris. Là on est un peu dans un entre deux, entre la nuit des morts-vivants grimés sortant des bars (que j'ai croisé en arrivant au travail ce matin) et ce jour des défunts. Finalement, on ose peu parler de la mort le reste de l'année. Il y a des morts dans quasi chacun de nos journaux, mais ils sont appréhendés de façon lointaine.

Ce matin je voudrais vous parler de la mort sur un plan plus intime, plus micro-économique pour revenir à la thématique de ce billet.

Combien coûte la mort? Question morbide s'il en est dont on ne découvre la réponse que quand on fait l'expérience de la mort d'un proche. Le coût, économique, de la mort, c'est essentiellement le coût des obsèques.

Ce marché a été libéralisé en 1998. Avant, on n'avait pas le choix de l'opérateur funéraire. Aujourd'hui, il faut comparer les prix, et loin de diminuer, ils ont augmenté à un rythme bien supérieurs à l'inflation, justement parce que les familles des défunts ne font pas jouer la concurrence (ici la démarche à suivre) et ne demandent souvent qu'un seul devis.

Au final, selon le Parisien de ce 1er Novembre, cela revient entre 4000 euros et 7000 euros pour une inhumation, 3500 et 4000 euros pour une crémation. Mourir à Paris coûte 30% plus cher. Certains assureurs ou mutuelles proposent aussi des estimations sur leur site. Que Choisir a également mené cette recherche en 2014, vous trouverez ici une infographie.

Attention aux assurances obsèques

Sur ces 5 dernières années, les français ont souscrit en moyenne chaque année 450 000 à 500 000 contrats d'assurance obsèques. Quasiment autant que le nombre de morts: il y a eu 600 000 morts en France en 2015.

Le principe est le suivant, vous versez une somme au début du contrat ou vous cotisez sur une durée déterminée ou indéterminée, et à votre mort, vos proches disposeront d'un capital qu'ils devront utiliser pour vos obsèques.

Le problème, c'est que ces contrats ne sont pas intéressants, à moins de mourir rapidement après les avoir souscrit. Alerté par la détresse des témoignages qu'elle recevait, et lisait sur son forum, 60 millions de consommateurs a mené l'enquête sur 8 de ces produits assurance obsèques.

Résultat, sur 10 ans, le capital versé est inférieur à ce qui a été cotisé. En moyenne 4000 euros versés pour 4742 euros cotisés. Dans certains cas de grande longévité, on peut même avoir cotisé 20 000 euros, et ne toucher que 4000.

Ce n'est pas une arnaque, car ces produits ne sont pas des produits d'épargne mais d'assurance. C'est ce que répondent les assureurs, qui via leur fédération ont consacré récemment un dossier à ces produits. Le principe de l'assurance c'est de cotiser à perte si le risque, d'inondation, d'incendie, d'accident ne se réalise pas. Là quelque part, on est sûr que le risque va se réaliser: on va tous mourir.

Tranquillité non garantie

Les gens qui achètent ce type de produit, achètent une forme de tranquillité, c'est comme ça que cela leur est vendu.

S'ils ont des proches, c'est pour alléger leur fardeau, s'ils n'en ont pas ou n'ont pas confiance en eux, c'est pour maîtriser ce qu'il adviendra de leurs corps. Et c'est là aussi que selon 60 millions de consommateur le bât blesse, car très souvent les formalités exigées par certains assureurs sont telles que ces contrats d'assurance obsèques deviennent un problème de plus à gérer pour les proches. Comme les montants sont faibles 4000, 5000 euros, les personnes lésées portent rarement plainte.

Épargner peut être donc plus intéressant. Quitte à se payer aussi un codicille, tremper sa plume, lâcher prise et rester optimiste. Après tout, même Georges Brassens n'est pas enterré en plage de Sète mais un pin parasol a bien été planté sur son "petit lopin".

NB: j'ajoute à ce billet un commentaire fait via Facebook. Très documenté pour ceux qui sont intéressés par des informations complémentaires.

Pas d'accord avec votre article sur de nombreux points... Le premier concernant la libéralisation du marché du funéraire qui ne date pas de 1998 comme vous le dites mais du début des années 90 avec comme date d'application 1993. Les PFG possédaient jusque là le monopole du marché. 1998 est une année qui a connu de nouvelles lois mais qui n'est pas la source de la libéralisation. Il serait également bien de différencier le contrat prévoyance et le contrat d'organisation obsèques. Dans le premier cas, le souscripteur accumule une somme jusqu'à ses obsèques et laisse ses proches l'utiliser comme bon leur semble au moment de ses funérailles (celui qui se rapproche de ce dont vous parlez). Dans le deuxième, le souscripteur gèrent l'organisation de ses obsèques et règle en une ou plusieurs fois les frais prévus (celui-ci est très courant, notamment avec des personnes âgées et ceux qui n'ont malheureusement pas de familles pour s'occuper de leurs obsèques). Ensuite, je trouve que vous faite un amalgame dangereux entre assureurs et pompes funèbres. Les personnes souhaitant souscrire à un contrat ont deux possibilités: soit elles passent par des PF qui ont des contrats avec des assureurs, soit elles entre directement en contact avec un assureur. Le premier cas dépend de la qualité des pompes funèbres: si ce sont des personnes qui ne cherchent pas le profit à tout prix (souvent des indépendants car ils n'ont pas la carrure des PFG pour se permettre d'avoir mauvaise réputation). Ces petites entreprises collaborent avec des assureurs qui offrent les meilleurs services, et donc font perdre un minimum d'argent. Avec le deuxième cas, c'est comme avec toute compagnie d'assurance : faut trouver la meilleure et celle qui vous correspond le mieux. Sachant qu'en ne passant pas par des PF, vous avez moins d'appuis en cas d'abus de l'assureur... A noter, contrairement à ce que vous préconisez, que faire marcher la concurrence n'est pas toujours possible selon la localisation... il n'y a souvent, "en province" comme dirait l'autre, qu'une entreprise de pompes funèbres pour couvrir un large secteur, et aussi, 70% si ce n'est pas mieux, appartient à 3 grands groupes de funéraire en France qui font monter les prix (et certes, savent bien les diminuer face aux petits concurrents pour ramasser leur clientèle et les racheter par la suite). Résultat? La libéralisation du marché qui devait faire baisser les prix, les fait finalement augmenter car les gros groupes se partagent le monopole... Je rajouterais pour finir qu'il y a énormément de personnes aujourd'hui qui comparent les prix et demandent plusieurs devis. Ce qui n'était pas le cas 10 ans auparavant...

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......