LE DIRECT
Manifestation des retraités le 3 octobre à Athènes pour dénoncer les coupes dans les retraites

Nouveau bras de fer entre la Grèce et... mais qui en fait?

4 min
À retrouver dans l'émission

Ce n'est pas le début d'une nouvelle crise grecque, pas encore, mais ce qui s'est passé le 13 décembre, illustre les relations déplorables entre la Grèce et ses partenaires-créanciers européens. Tous ses partenaires européens? Peut être que non. Parlent-ils vraiment encore d'une même voix?

Manifestation des retraités le 3 octobre à Athènes pour dénoncer les coupes dans les retraites
Manifestation des retraités le 3 octobre à Athènes pour dénoncer les coupes dans les retraites Crédits : Aristidis Vafeiadakis - Maxppp

C'est peut être un bras de fer d'un nouveau genre qui s'ouvre entre la Grèce et ses partenaires européens, et dans ce bras de fer la Grèce n'est peut être plus aussi isolée qu'auparavant.

Revenons sur les épisodes précédents.

Il y a 10 jours, les ministres des finances de la zone euro, l'Eurogroupe, décident d'aménager les remboursements de la Grèce. Je ne parle pas d'allègement de dette car ce terme est trop fort. Les mesures décidées sont vraiment cosmétiques et les moins cosmétiques auront un effet en 2030-2040...

3 jours plus tard, Alexis Tsipras annonce, sans avoir consulté ses créanciers, que son gouvernement va verser une prime de Noël aux retraités les plus pauvres et qu'il suspend les hausses de TVA prévues dans les îles, tant que persiste la crise migratoire. Le coût total de ces mesures est de 617 millions d'euros...

Soyons clair, ce n'est pas l'aménagement décidé par l'Eurogroupe qui permet de dégager cette somme. En fait, et c'est plutôt une bonne nouvelle, il y a plus d'argent dans les caisses de l'Etat grec que prévus. Une sorte de cagnotte donc, que le premier ministre grec décide de redistribuer en interne.

13 décembre, 16h, dépêche URGENTE de l'Agence France Presse, avec ce titre

"Les mesures d'allègement de la dette grecque ont été suspendues après l'annonce par le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, de nouvelles mesures sociales".

Quelle est la source de cette annonce: le porte-parole de l'Eurogroupe. Jeroen Dijsselbloem qui est aussi le ministre des finances des Pays Bas.

Comment décide l'Eurogroupe? Mystère mystère...

Le porte parole de l'Eurogroupe a-t-il pris cette décision en concertation avec ses partenaires? Peut-il de son propre chef décider de suspendre un plan décidé par tous les pays de l'Eurogroupe? C'est exactement la question que je pose.

Les créanciers de la Grèce sont les pays de la zone euro. Ce sont les ministres des finances qui "gèrent" les questions financières, notamment les plans d'aide à la Grèce, mais ce groupe que l'on nomme Eurogroupe ne répond à des règles pré-établies de prise de décision. Aucun traité ne précise quels sont les domaines qui nécessitent la majorité qualifiée, ceux qui nécessitent l'unanimité. Le mode de décision est très flou.

On est là typiquement dans ce flou qui encourage tous les tours de force. Car dans une dépêche suivante, on apprend que c'est l'Allemagne qui a demandé cette suspension des mesures "d'allègement de la dette grecque".

Y a t'il eu une discussion générale à ce sujet? Peut être que les ministres des finances de la zone euro se sont réunis par Skype, qui sait, mais dans ce cas, ils auraient publié un communiqué commun. Sur le site du conseil de l'Europe qui abrite les communiqués de presse de l'Eurogroupe, chou blanc. Aucun communiqué publié le 13 décembre.

Copie d'écran faite le 14/12 à 14h20, toujours aucun communiqué de presse de l'Eurogroupe sur la Grèce
Copie d'écran faite le 14/12 à 14h20, toujours aucun communiqué de presse de l'Eurogroupe sur la Grèce Crédits : M.Viennot

Autre recherche, sur la page consacrée à l'Eurogroupe sur le site du conseil de l'Europe, et même chose. Les dernières déclarations disponibles décrivent au contraire l'accord d'aménagement de la dette grecque. Le 13 décembre, il n'y a rien.

Copie d'écran réalisée le 14/12 à 14h26, aucune trace d'une déclaration de l'Eurogroupe sur la suspension de l'allègement.
Copie d'écran réalisée le 14/12 à 14h26, aucune trace d'une déclaration de l'Eurogroupe sur la suspension de l'allègement. Crédits : M.Viennot

La seule source évoquant la suspension, c'est donc Jeroen DJISSELBLOOM, connu pour ses positions très dures vis à vis de la Grèce. Dans son communiqué cité par l'AFP, il évoque le fait que "quelques Etats le voient aussi de cette façon", mais est-ce ainsi que les décisions sont prises?

Vers 19h, une dépêche Reuters rapporte les déclarations d'un porte parole du mécanisme européen de stabilité,

"A la suite des récentes propositions du gouvernement grec de dépenser des ressources budgétaires supplémentaires pour les retraites et la TVA, nos instances ont suspendu leurs décisions", aurait dit un porte-parole du MES à Reuters.

Or le nom de ce porte-parole n'est pas cité, et on ne retrouve aucune trace de cette suspension sur le site officiel du MES. Pour une décision de cette importance, c'est étrange.

Copie d'écran de la rubrique "communiqué de presse" du MES, le 14 décembre à 7h20. Rien sur la "suspension"
Copie d'écran de la rubrique "communiqué de presse" du MES, le 14 décembre à 7h20. Rien sur la "suspension" Crédits : M.Viennot

Le MES, c'est l'institution européenne qui prête à la Grèce pour les comptes des pays de la zone euro. Pour leur poser des questions régulièrement, je vous assure qu'ils sont très tatillon sur leurs prises de parole, font très attention, et renvoient systématiquement vers leurs déclarations officielles. Or là, il n'y a aucun lien sur la page d'accueil. Aucune annonce officielle de cette suspension. Au contraire des tas d'articles qui détaillent les mesures d'allègement.

Copie d'écran de la page d'accueil du MES à 8h10 le 14/12. L'allègement de la dette Grecque est à la une, pas la suspension...
Copie d'écran de la page d'accueil du MES à 8h10 le 14/12. L'allègement de la dette Grecque est à la une, pas la suspension... Crédits : M.Viennot

Qui a décidé de cette suspension? Est-elle vraiment actée? On peut en douter, vues les déclarations du commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici dans la soirée à l'AFP.

"A mes yeux, les conditions de l'accord de l'Eurogroupe ne sont pas changées par les mesures décidées par le gouvernement de M. Tsipras", a insisté M. Moscovici auprès de l'AFEP, observant qu'il ne voulait "pas opposer l'allègement de la dette indispensable et la cohésion sociale que le peuple grec attend".

La réunion des chefs d'Etat de l'Union Européenne aujourd'hui et demain tombe vraiment à pic. On verra si les Pays Bas et l'Allemagne ont imposé cette décision contre la Grèce à leurs partenaires (et les ont mis devant le fait accompli avec l'aide des médias), et on verra surtout si ces partenaires se laissent faire.

La Grèce n'est pas à l'ordre du jour de ce sommet, mais Alexis Tsipras aura peut être réussi à imposer ce sujet, au moins en marge des réunions officielles. Or il n'est plus aussi isolé qu'il a pu l'être.

Le nouveau président du conseil Italien Paolo Gentiloni a condamné l'austérité dans sa première déclaration de politique générale. Auparavant, François Hollande a plaidé pour un réel allègement de la dette grecque. Il y a quelques semaines, la commission européenne elle même a lancé un débat sur la fin de l'austérité...

Or deux pays s'y sont opposés, devinez lesquels? Les Pays-Bas et l'Allemagne... Avec son coup de poker, Alexis Tsipras leur a donné une nouvelle occasion d'affirmer leur position pro-austérité.

En tout cas cette épisode est très parlant car il met le doigt sur un problème structurel (le mode de gouvernance de l'Eurogroupe), et un changement d'état d'esprit en Europe. L'austérité a-t-elle encore le vent en poupe? Et si le possible tour de force des Pays-Bas et de l'Allemagne hier était un aveu de faiblesse?

Pour aller plus loin sur cette remise en cause de l'austérité (récente), vous pouvez écouter l'émission du Grain à Moudre du 13 décembre (à laquelle je participais): Y-a-t-il une alternative au débat relance vs austérité?

Chroniques

7H15
6 min

La Question du jour

Alep : comment envisager l’évacuation des populations ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......