LE DIRECT
76 287 titres ont été publiés en France en 2015

Quel avenir pour le livre Made In France?

3 min
À retrouver dans l'émission

Les deux tiers des livres publiés en France sont encore imprimés dans l'hexagone. Mais le marché du livre, bien que florissant en publications, marque le pas. Produire moins cher devient crucial or le coût du travail est plus élevé en France que chez nos principaux concurrents européens.

76 287 titres ont été publiés en France en 2015
76 287 titres ont été publiés en France en 2015 Crédits : Joël Le Gall - Maxppp

Il est facile de savoir où est produit le livre que vous tenez entre les mains. C'est généralement à la dernière page que vous trouverez l'indication "imprimé en France" (ou pas) avec souvent le nom de l'imprimeur et sa localisation précise.

76 000 nouveaux titres sont publiés en France chaque année, et aujourd'hui encore 69% des tirages sont faits en France. Je m'appuie sur une étude publiée en décembre dernier par la direction générale des entreprises au ministère de l'économie, intitulée "Imprimer en France, l'avenir de la filière livre". Etude très intéressante qui permet de se faire une idée précise de la façon dont cette filière a été impactée par la mondialisation.

Le livre a mieux résisté à la délocalisation

Depuis les année 2000, le nombres de livres imprimés en France a reculé de 30%, mais cela dépend des livres, et cela dépend aussi des éditeurs. Les 10 plus gros ont recours aux imprimeurs étrangers pour 45% de leurs impressions (voir page 65 et suivantes), alors que l'auto-édition est à 80% française. Au final le pourcentage de livre imprimé en France oscille entre 55 et 69%, on reste donc dans un étiage élevé (si on compare à d'autres secteurs, je pense au textile notamment).

Si le livre a mieux résisté à la délocalisation, c'est que contrairement aux apparences, le livre est un produit frais. Quand ils publient un livre, les éditeurs ne savent pas s'il va marcher ou pas (c'est surtout vrai pour les oeuvres littéraires). Si le livre marche, il faut pouvoir le réimprimer rapidement, la réactivité (et donc la proximité) sont des éléments clés.

Un livre imprimé en Chine met plus de 6 semaines à arriver par container. La Chine n'est donc pas notre principal concurrent, sauf pour les livres d'enfants, notamment tous les livres complexes avec des découpages, des extraits sonores, différentes matières.. car cela requiert un savoir faire inexistant en France, et surtout une main d'oeuvre bon marché. L’impression en Chine pose cependant aujourd’hui quelques problèmes note le rapport.

Les rémunérations dans le secteur de l’imprimerie, très variables d’une région a l’autre, supportent néanmoins une hausse régulière de 15 à 20 % par an. Les industriels chinois ont tenté d’ouvrir des ateliers dans la « Chine profonde », pour rechercher des niveaux acceptables mais ces expérimentations ont échoué, pour des raisons de non-qualité et des aléas d’acheminement liés à la mauvaise qualité ou à l’absence d’infrastructures de transport.

Au final la Chine représente 6% des livres publiés en France. L'Europe 25%, c'est là que se trouvent nos vrais concurrents, Belgique, Italie et Espagne en tête. Rien de nouveau, mais cela s'est accentué depuis la crise de 2008. En Espagne le marché du livre s'est effondré d'un quart entre 2011 et 2012, les imprimeurs espagnols ont donc cherché de nouveaux débouchers pour ne pas disparaître, et ils les ont trouvé en France où le livre se porte mieux, même si le marché est en baisse (voir ici la note de conjoncture éditée par le ministère de la Culture à l'occasion du salon du livre).

La concurrence qui monte, c'est celle des pays de l'Est, dont les imprimeurs démarchent très activement la France depuis 4 à 5 ans. La mention d'une impression en Europe de l'Est a été multiplié par 2.5 entre 2009 et 2013. Nouvelle concurrence, celle des Emirats, comme en témoigne un éditeur cité dans le rapport:

« On commence à travailler avec les Emirats. Les avantages : 1) ils impriment très bien 2) les prix sont comparables à l’Asie 3) les délais sont acceptables (10 à 15 jours de port, mais en passant par l’Angleterre) 4) le service est comparable. »

Problème : le coût du travail

Le défaut des imprimeurs français, c'est leur prix élevé. L'impression compte pour 16% du prix d'un livre, si elle coûte plus chère en France, c'est parce que le travail y coûte plus cher aussi. D'après les imprimeurs qui ont participé à l'étude, la situation s'améliore depuis la mise en place du CICE, le crédit emploi compétitivité, mais la contrainte de prix reste majeure, comme l'illustre ce témoignage d'un industriel dans le rapport.

Les difficultés rencontrées c’est le prix, le prix et le prix ; en plus les volumes baissent. On est très pessimistes. Ce n’est pas parce qu’on aura de meilleures solutions qu’on ira mieux. Face à la baisse de la demande et la baisse des prix, on ne peut rien faire.

Quel avenir?

L'avenir de cette filière est clairement menacée. En moyenne, les imprimeurs affichent des résultats négatifs. En effectif, ça n'est pas massif, l'impression de livres concerne 200 entreprises réparties sur tout le territoire et 2500 salariés, mais il y a un savoir faire qui se perd. Le directeur de fabrication d'un éditeur important me disait que la reliure qu'on utilise pour les beaux livres, la pléiade, les dictionnaires est en voie de disparition en France. De plus de nouveaux impératifs écologiques, pour limiter la destruction des invendus, le pilon, (en France, il représenterait 25 à 30 % de la production annuelle de livres, soit de 80 à 100 millions d’ouvrages) ne jouent pas en faveur des imprimeurs.

Côté positif, on peut dire que les pouvoirs publics se préoccupent de l'avenir de cette filière. En témoigne la rédaction de ce rapport, accompagné d'une série de recommandations (que vous trouverez à la page 161). Les Français et leur attachement à la lecture sont le meilleur atout des imprimeurs français. La lecture reste le premier loisir créatif en France en terme de dépense, et 90% des Français ont lu au moins un livre dans l'année selon une étude sur "Les Français et la lecture" du Centre National du Livre et d'Ipsos parue en mars 2015. Cela peut vous paraître peu, mais c'est 46% en Italie.

Chroniques

6H50
8 min

Les Enjeux internationaux

Algérie. Les fortes inquiétudes sur la situation économique et sociale.
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......