LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emmanuel Macron et Angela Merkel ont convenus d'établir une feuille de route pour approfondir l'Union européenne et la zone euro afin d'enrayer le populisme

Refonder la zone euro: une idée qui vient de loin

3 min
À retrouver dans l'émission

Emmanuel Macron et Angela Merkel se sont mis d'accord pour ouvrir une nouvelle feuille de route pour l'Europe. La chancelière Allemande s'est dit ouverte à la modification des traités, si cela a un sens. Les projets sur la refondation de la zone euro sont légions mais les blocages sont énormes.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont convenus d'établir une feuille de route pour approfondir l'Union européenne et la zone euro afin d'enrayer le populisme
Emmanuel Macron et Angela Merkel ont convenus d'établir une feuille de route pour approfondir l'Union européenne et la zone euro afin d'enrayer le populisme Crédits : CITIZENSIDE - AFP

Le couple franco-allemand a donc annoncé qu'ils allaient travailler pour l'Europe et la refonder. A ce stade là, des mots, ne pas trouver d'accord se serait acter qu'on souhaite en finir avec l'Europe, mais il y a quand même eu un petit pas en avant fait par l'Allemagne hier.

En langage politique, on dirait que l'Allemagne a soufflé le chaud et le froid depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Ou plutôt le froid et le chaud.

Le froid, c'était il y a une semaine, le ministre des finances Wolfgang Schaüble fait remarquer que les propositions du président français tout juste élu sur la zone euro, nécessitent une modification des traités européens. Pas réaliste, affirme t-il.

Et hier 15 mai, donc le chaud soufflé par la chancelière allemande, concédant qu'il est possible de modifier les traités, mais attention il y a un si quand même.

D'un point de vue allemand, il est possible de modifier les traités, si cela a un sens" a précisé Angela Merkel.

Un sens pour qui? Un sens pour quel objectif? Quel est cet objectif au delà du mot REFONDATION? Ces questions restent entières après la conférence de presse commune des deux chefs d’État hier, pour ne pas dire abyssales.

Refondation = revenir à l'idée d'origine

Restons sur la zone euro, pour limiter le champ des possibles.

Créer une zone monétaire commune, c'était l'idée de faire contrepoids au dollars, de constituer un bloc cohérent pour les investisseurs internationaux, de mettre fin à la guerre des monnaies entre partenaires européens, d'offrir aux marchés financiers un espace financier large et profond en limitant les couts de transaction... j'en oublie, il y avait aussi des visées politiques, empêcher après la réunification la création d'un espace "mark" trop puissant...

En résumé, l'idée de fond, c'était d'impulser, par la monnaie, une plus forte intégration européenne. A cette époque, les économistes laissaient d'ailleurs quelques années pas plus, après le lancement de la monnaie unique pour qu'une Europe fiscale et sociale se mettent en place. Mais... le projet s'est arrêté là.

On a crée des mécanismes de convergence des politiques économiques et budgétaires, les fameux critères de Maastricht et plus récemment ce qu'on appelle le semestre européen, mais on est resté au milieu du gué.

Et la zone euro a divergé. Les écarts de richesses et de compétitivité se sont au contraire creusés. Au Nord, des excèdents trop forts, au Sud de trop grands déficits. Le billet économique évoque souvent ces questions!

La crise financière et la crise Grecque ont failli tout faire voler en éclat. D'autres mécanismes ont donc été créés, souvent dans l'urgence: le mécanisme européen de stabilité, l'union bancaire... mais on est toujours dans un équilibre précaire.

D'ailleurs Emmanuel Macon le disait lui même il y a 18 mois quand il était ministre de l'économie :

"Si rien ne bouge, il n'y a plus de zone euro dans dix ans", Emmanuel Macron.

Refonder la zone euro: encore un projet?

Sur la zone euro, le projet présenté par Emmanuel Macron pendant sa campagne

  • veut avancer sur la convergence fiscale et sociale,
  • mettre en place un budget, pas de fonctionnement mais de crise et d'investissement
  • sur le plan institutionnel, il plaide pour un exécutif de la zone euro, un ministre des finances, et un parlement de la zone euro.

Ce sont des idées connues, qui ont déjà été évoquées dans de multiples rapports:

Vous trouverez aussi de très nombreux rapports sur ce sujet venant du conseil d'analyse économique, l'institut Bruegel et autres... Ils ne disent pas tous la même chose. Le parlement de la zone euro a parfois un rôle seulement consultatif, parfois décisionnaire, il peut être large ou resserré, mais l'idée est toujours la même: il faut avancer.

Que manque-t-il?

Il faut surmonter deux blocages de fond, qu'Emmanuel Macron a d'ailleurs très bien identifié lors de la campagne. Lui parle de tabous.

  • Un tabou français, qui est le transfert de souveraineté... la zone euro complète, c'est moins de compétences laissées à chaque pays.
  • Un tabou allemand, qui est le transfert financier. La zone euro véritable suppose que les régions riches de la zone euro soient solidaires financièrement des plus pauvres, comme cela se fait dans les pays, entre l'Ile de France et la Creuse par exemple, ou la Toscane et la Sicile.

La refondation de la zone euro passe par du fédéralisme, et de la solidarité financière. C'est très simple au fond. Vouloir refonder l'Europe sans vouloir perdre un peu (voire beaucoup) de son pouvoir national, c'est un oxymore. Qu'on se le dise. Pourvu qu'on se le dise dorénavant clairement.

Marie Viennot

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......