LE DIRECT
Un policier juché sur le toit du centre des congrès qui accueille les conférences du forum de Davos

Sauvés ! Davos veut s'attaquer aux inégalités

3 min
À retrouver dans l'émission

La montée des inégalités est en tête des préoccupations mises en avant par le Forum de Davos. Selon un rapport d'Oxfam, 8 hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale. Que peuvent faire les leaders présents à Davos ?

Un policier juché sur le toit du centre des congrès qui accueille les conférences du forum de Davos
Un policier juché sur le toit du centre des congrès qui accueille les conférences du forum de Davos Crédits : FABRICE COFFRINI - AFP

C'est une tradition depuis 12 ans. Avant l'ouverture de Davos, le World Economic Forum, qui est, une fondation à but non lucratif basé à Genève, publie son rapport sur les risques mondiaux. Et cette année, arrive tout en haut, la montée des inégalités. L'an dernier, c'était la crainte terroriste et la disparition prochaine de millions d'emplois du fait de la 4ème révolution industrielle.

Depuis, il y a eu l'élection de Donald Trump, le Brexit, et l'inégale distribution des revenus est, avec le repli des pays sur eux même, l'un des risques majeurs pour l'avenir identifié dans ce rapport.

Identifié par qui? Par plusieurs centaines de leaders du monde financier, politique, académique, et associatifs selon la note méthodologique. L'enquête a été mené entre septembre et octobre. Donc avant l'élection de Donald Trump, et avant la publication du rapport d'Oxfam selon lequel 8 personnes, 8 hommes, possèdent aujourd'hui autant que la moitié de la planète.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le rapport de Davos cite lui même des chiffres. Aux Etats Unis, les 1% les plus riches ont vu leur richesse augmenter de 31% entre 2009 et 2012, quand les 99% restant voyaient la leur augmenter, en moyenne de 0.5%.

Voir ici un précédent billet sur la théorie du ruissellement : Favoriser les riches, est-ce bon pour les pauvres?

DAVOS, altermondialiste???

Davos a clairement récupéré une partie de la critique altermondialiste, qui souvenez vous, organisait fut un temps son propre contre sommet en même temps que Davos.

Un passage les concerne directement et évoque, même, le fondamentalisme du marché (Market fundamentalism).

"Par moment, écrit le rapport (page 30), la promotion de la croissance économique a contribué à réduire l'espace civique et à réprimer la société civile qui critiquait le commerce et les investisseurs étrangers, en les taxant d'être contre le développement et l'intérêt national".

At times the push for economic growth has contributed to restricting the civic space by nurturing in certain geographical contexts the distrust and repression of civil society actors who have criticized business or foreign investors, and who have consequently been labelled “anti-development” or “anti-national interest”.

Raviver la croissance reste un objectif, mais "La montée du populisme anti-establishment montre que cela ne suffit plus pour réduire les fractures dans la société, lit-on en exergue de ce rapport: réformer l'économie capitaliste de marché doit aussi faire partie de l'agenda".

This points to the need for reviving economic growth, but the growing mood of anti-establishment populism suggests we may have passed the stage where this alone would remedy fractures in society: reforming market capitalism must also be added to the agenda.

Diantre... le ton est donné!

Alors on va voir, comment les leaders qui se rendent à partir d'aujourd'hui à Davos vont aborder cette question. Si des pistes vont être données pour mettre fin au malaise économique évoqué dans le rapport.

Le rapport en esquisse quelques unes, et je vous rassure tout de suite, elles n'ont rien d'altermondialiste.

Il n'est pas question de remettre en cause le libre échange. Au contraire, nous dit-on, car si les emplois ont disparu dans beaucoup de pays développés, ce n'est pas à cause de la mondialisation, mais de la productivité et de la technologie. Et de citer une étude qui montre que 86% des emplois perdus dans l'industrie aux Etats Unis entre 1997 et 2007 l'ont été du fait de la productivité, et 14% seulement du fait des délocalisations. 

Il n'est pas non plus question de remettre en cause la logique de compétition qui est "tout à fait compatible avec l'inclusion sociale". "Croissance et équité peuvent aller de pair, lit-on dans ce rapport qui préconise des mesures pour une croissance inclusive. Dans le tweet ci-dessous vous trouverez les solutions envisagées par des intervenants sélectionnés par Davos.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Davos pour la croissance inclusive

La croissance inclusive, inclusive growth, est désormais à l'agenda des institutions multilatérales, le FMI et l'OCDE la préconise aussi.

Pour Davos, il faut:

  • envisager des systèmes alternatifs de redistribution, en envisageant, même, "a negative income tax", c'est à dire une sorte de revenu universel mais dont la définition est très différente de celle envisagée, notamment dans la campagne des primaires de gauche: "les personnes gagnant moins qu'un certain montant recevrait un supplément payé par le gouvernement" écrit le rapport
  • une protection sociale, attachée au salarié,
  • une formation et des services publics de qualité. Ces services n'ayant pas forcément à être assurés par le public, mais aussi par le privé, nous précise-t-on.

Autre préconisation, en direction des leaders politiques, celle-là. Éviter les référendums et les question binaires.

Boiling down complex issues to binary questions is an imperfect substitute for genuinely listening to the nuanced concerns of the electorate.

Mais attention, attention, pour autant, le Forum Economique mondial ne remet pas en cause la démocratie. Au contraire, le rapport cite des études qui montrent qu'il y a un lien entre la démocratie et le PIB par habitant.

"Societal freedom is economically beneficial", "Une société libre, c'est un plus en terme d'économie", est-il écrit page 37.

Autrement dit, les menaces dont la démocratie fait l'objet aujourd'hui ne sont pas synonymes de good business. Comme s'il fallait dissiper un doute.

Marie Viennot

Chroniques

7H15
6 min

La Question du jour

Un plan grand froid pour couvrir les politiques ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......