LE DIRECT

Toujours plus d'enfants pauvres en France et en Europe

3 min
À retrouver dans l'émission

Le Secours Catholique alerte dans son dernier rapport sur l'augmentation des ménages avec enfants qui font appel à son aide. Eurostat fait le même constat en Europe dans une série statistique dévoilée cette semaine. En cause : l'austérité, et la précarité grandissante des étrangers sans papiers.

Le secours catholique publie ce rapport chaque année depuis 1979. C'est un rapport riche et dense, que je conseille à tous ceux qui s'intéressent à ce sujet. Plein de graphiques, ponctué d'analyse, très factuel, il part de données réelles, et pas de sondages ou d'échantillons dit représentatif de population.

L'an dernier l'association a reçu 608 000 personnes ou ménages, c'est presque 3% de plus que l'an dernier. Elle a documenté leur situation de pauvreté puis épluché plus de 80 000 de ces fiches, (85 179 fiches) qui révèlent bien des choses.  

Ce qui va "mieux mais"

Il y a des choses qui vont mieux depuis 35 ans, même si souvent ces "mieux" sont compensés par des "mais".

  • Il y a moins de jeunes entre 25 et 40 ans, mais peut être sont-ils accueillis ailleurs..
  • Il y a moins de personnes sans étude ou qualification (43% contre 70% en 1982), mais cela veut dire aussi qu'être qualifié et diplomé n'est plus une protection
  • Il y a deux fois moins de ménages sans ressources, mais ils sont encore 19% à n'avoir accès à aucune aide, soit parce qu'ils ne font pas les démarches, le cas du RSA est connu, soit parce qu'ils sont sans papier et n'y ont pas droit
  • Il y a moins de situation de surendettement 57% contre 80% il y a 20 ans, mais là encore, comment savoir si les personnes surendettées ne se sont pas tournées vers d'autres associations?

Ce qui va moins bien

  • Il y a de plus en plus d'étrangers sans papiers. Ils sont 19% de sans papier, contre 3% en 1999. Pour autant la proportion d'étrangers en France n'a pas augmenté, précise le rapport, c'est leur précarité qui a augmenté.
  • Il y a de plus en plus de personnes âgés, chômeurs non indemnisés,
  • Il y a de plus en plus d'enfants. Le nombre de famille avec enfant accueillis dépasse les 50%, et est en constante augmentation depuis plusieurs années.

Les hommes seuls représentent encore quasiment un tiers des personnes aidées par l'association, mais la moitié de ceux qui poussent la porte du Secours Catholique sont des familles avec enfants.

Crise et précarité grandissante des étrangers

Le nombre d'enfants ou de jeunes adolescents vivant dans des ménages pauvres augmente chaque année. Ceux qui font appel au Secours Catholique ont en moyenne deux enfants.

C'est la conséquence de la crise, écrit l'association. La crise, le chômage, couplé à une hausse du coût de la vie. Loyers, énergie, alimentation, ces dépenses de base augmentent sans cesse. Un graphique très éclairant (page 27) montre que les prix des biens consommés par les ménages les plus pauvres augmentent plus rapidement que les prix des biens consommés par l'ensemble des ménages français.

L'autre raison, c'est la part croissante d'étrangers dont la situation est plus précaire qu'auparavant. 20% de ceux qui font appel au Secours Catholique sont sans papiers, contre 3% en 1999. Pour autant la proportion d'étrangers en France n'a pas augmenté, précise le rapport, mais les étrangers sont aujourd'hui davantage exposé à la précarité, et leurs enfants, parfois, souvent français, aussi.

Depuis le durcissement des conditions de régularisation, de plus en plus d'étrangers sont condamnés, à ce que l'association nomme un "NO MAN'S LAND EXISTENTIEL". No man's land dans lequel se retrouvent aussi leurs enfants.

D'où écrit l'association, des répercussions sur le lien enfant-parent et sur le lien avec les institutions, notamment scolaire, qui est fragile, voire inexistant alerte le Secours Catholique. Ce qui a ensuite des effets délétères dans les écoles, et j'ajoute sur les autres enfants des ces écoles, même si eux ne sont pas pauvres.

Un enfant sur quatre menacé de pauvreté en Europe

C'est une tendance de fond vraiment. L'Unicef, l'Unesco, Caritas ont publié l'an dernier des rapports alarmants aussi sur ces enfants pauvres, victimes de l'austérité pour beaucoup. Quand on regarde les statistiques que publie cette semaine EUROSTAT c'est évident. 

Dans quels pays le nombre d'enfants pauvres a-t-il le plus augmenté ?

En Grèce. En 2010, il y avait 28% d'enfants menacés par la pauvreté ou l'exclusion sociale en Grèce. Ils sont aujourd'hui 37.8%. Au Portugal et en Espagne aussi cela a augmenté, mais dans une moindre proportion. Dans ce triste palmarès, c'est la Roumanie qui arrive en tête avec la moitié d'enfants en situation précaire.

Cette pauvreté enfantine est un sujet qui monte en puissance. Le conseil de l'Europe y a consacré une campagne dans laquelle elle a demandé à ces enfants de dire comment la pauvreté les affectait.

L'Unicef a pour sa part établi un classement des inégalités de bien-être des enfants dans les pays en partant de leur perception. Quand on interroge les enfants sur leur satisfaction dans la vie, la France arrive 28ème sur 35 pays de l'OCDE. Derrière la Roumanie, le Portugal, la Pologne, des pays où la proportion d'enfants pauvres en revenu est plus élevée. 

C'est la mauvaise nouvelle avec laquelle je vous laisse ce matin, les enfants qui vivent en France sont les plus pessimistes sur l'avenir.

Marie Viennot

Chroniques

7H15
7 min

La Question du jour

Comment se fier aux résultats des primaires ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......