LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Affiches annonçant le premier débat du 26 septembre

Trump Clinton: points communs et divergences économiques

3 min
À retrouver dans l'émission

Les deux candidats à la présidentielle américaine s'affrontent ce soir pour un premier débat télévisé. Leur programme économique divergent, mais ils ont aussi beaucoup de points communs. Analyse.

Affiches annonçant le premier débat du 26 septembre
Affiches annonçant le premier débat du 26 septembre Crédits : JOHN ANGELILLO - Maxppp

A 21h, heure américaine, premier débat entre les deux candidats à la Maison Blanche. Voir ici si vous voulez le suivre.

Je ne vais pas vous étonner si je vous dis que les deux candidats promettent de créer des emplois. Pourtant l'économie américaine est censée être au plein emploi. Mais Donald Trump parle de fausse économie, "false economy", et il affirme que le vrai taux de chômage n'est pas de 5 mais de 20 à 30%. Voir ici un billet précédent sur le sujet : USA 4: Les dessous peu chics du plein emploi.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Mon programme tient en trois mots dit souvent le candidat républicain "Job Job Job". Des emplois, des emplois des emplois. Hillary Clinton promet, elle un plan à 10 milliards de dollars pour favoriser le "Made In America".

Leurs points communs

Références au nationalisme économique et au protectionnisme émaillent chacun leurs discours.

Qu'un Républicain s'attaque au libre échange, c'est du jamais vu, et du coup Hillary Clinton doit lui courir après sur ce thème. Ils promettent notamment de mettre un holà à la concurrence déloyale de la Chine sur le taux de change et les normes. Donald Trump envisage d'imposer 35% de droits de douanes aux produits chinois. Sans aller jusque là, Hillary Clinton désigne aussi la Chine comme une grande tricheuse.

Elle le suit aussi quand il fustige les accords commerciaux. Hillary Clinton se dit contre l'accord trans-pacifique, contre l'accord transatlantique, prête à renégocier l'accord de libre échange avec le Canada et le Mexique.

Que l'un ou l'autre soit élu, les cartes de la mondialisation pourrait être rebattues, à moins qu'aucun d'eux ne fasse ce qu'il a promis... ce qui n'est pas à exclure sur ce sujet.

Hillary Clinton parce qu'elle a toujours soutenu ces accords commerciaux par le passé, et pourrait, une fois au pouvoir, trouver de nouvelles raisons de les soutenir. Donald Trump parce que les milieux d'affaires qui l'entourent s'effraient du choc que pourrait faire peser sur l'économie américaine ses mesures protectionnistes. Une étude citée dans cet article du Huffington Post estime que le programme de Donald Trump ferait plonger le PIB américain de 1000 milliards de dollars.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Divergences : les impôts

Sur les impôts, Donald Trump est typiquement Républicain. Il promet des baisses d’impôts pour tous, et surtout pour les plus riches. Un centre d'étude, le Tax Policy Center a calculé que ses promesses permettraient aux top 1% des américains d'économiser 400 000 dollars annuels en impots. Alors qu'Hillary Clinton, promet d'augmenter les impots pour les plus hauts revenus.

Côté entreprises, là aussi Donald Trump y va fort, puisqu'il veut réduire l’impôt sur les sociétés de 35 à 15%. Hillary Clinton promet, elle, des crédits d’impôts ciblés.

A la différence des candidats Républicains habituels, Donald Trump ne promet pas de baisse de la dépense publique, pour compenser ces baisses d’impôts. Les experts estiment qu'avec lui la dette publique américaine grimperait de 11 200 milliards de dollars. Mais il se dit le roi de l'endettement et répète à l'envi qu'en business man il a toujours su jongler avec les dettes.

Trump plus crédible sur l'économie ?

Comme le relate le tweet pro-Trump précédent, 51% des américains lui accorderaient leur confiance sur ce plan, contre 44% à Hillary Clinton.

L'un des enjeux du débat de ce soir ce sera la capacité de Donald Trump à apparaître présidentiable. Ce dont il est tout à fait capable, comme le montre cette longue intervention, faite le 15 septembre devant le très respecté Economic Club of New York, une association qui rassemble le gratin économique américain et qu'il a visiblement réussi à séduire à plusieurs reprises.

Dans cette vidéo, il évoque le chiffre de 92 millions d'Américains sans emploi, et à 28 minutes environ, l'extrait sur la régulation qui a été diffusé dans le billet.

Les régulations ne font que détruire des emplois. Et le premier jour de mon arrivée au pouvoir je mettrai une fin à cette industrie de la régulation...

Là, Donald Trump fait du Reagan tout craché... et c'est l'aspect qui peut le plus nous concerner. Il y a 30 ans, Ronald Reagan évoquait, notamment la régulation financière. La déréglementation qu'il opérera sèmera les graines de la crise financière que nous avons connu en 2008. Cette fois, les régulations qu'évoque Donald Trump sont environnementales. L'industrie qu'il défend, ce sont les mines de charbon, les gaz de schiste quand Hillary Clinton parle encore de faire des Etats Unis un leader des énergies propres.

Les Etats-Unis sont déjà les deuxième émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine. Si Donald Trump gagne, rendez-vous dans 30 ans pour voir où nous en serons (si nous y sommes encore...).

Chroniques
7H15
7 min
La Question du jour
Guerre d'Algérie : François Hollande admet "l'abandon des Harkis" par la France
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......