LE DIRECT
L'avenir des  chantiers navals de St-Nazaire se joue entre Paris et Rome

Un "Airbus des mers" entre la France et l'Italie pour renforcer la coopération navale ?

2 min
À retrouver dans l'émission

Une alliance élargie au secteur militaire placerait le nouvel ensemble en position de leader mondial.

L'avenir des  chantiers navals de St-Nazaire se joue entre Paris et Rome
L'avenir des chantiers navals de St-Nazaire se joue entre Paris et Rome Crédits : Franck Dubray - Maxppp

Un nouvel Airbus, un « airbus naval, c'est le projet qui se profile dans l’ombre de la rencontre qui doit se tenir aujourd’hui à Rome entre le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Lemaire, et son homologue italien, Pier Carlo Padoan. C’est peut-être l’une des clés pour sortir du blocage qui est intervenu entre les deux pays au sujet du contrôle des chantiers STX-France de St Nazaire.

Cette rencontre, ce pourrait être l’épilogue d’un contentieux, très récent, entre les deux états, et le prologue d’une forme de coopération élargie pouvant déboucher sur de grands projets communs…On se souvient qu’une brouille a éclaté cet été entre Paris et Rome après la décision de la France de dénoncer un pacte d’actionnaires qui aurait permis à l’Italie de devenir majoritaire dans le capital des chantiers STX-France... Majoritaire à travers le groupe italien Fincantieri lequel s’apprêtait à monter à 51 % du capital.

Côté français, C’eût été prendre le risque de perdre le contrôle d’un secteur stratégique….Et les Italiens ne cachaient d’ailleurs pas leurs ambitions quand, au printemps, le ministre de finances, Pier Carlo Padoan, évoquait un grand succès de la construction navale italienne en ajoutant que serait un succès capable de projeter un peu plus l’Italie à l’étranger…Sauf qu’en l’état, ce n’est pas n’importe quelle société qui aurait contrôlé les Chantiers de l’atlantique…Fincantieri est une entreprise publique de la péninsule…. Aujourd’hui il est considéré comme le principal concurrent de la France dans ce secteur. Lui offrir une position dominante dans l'hexagone, a posé problème. Emmanuel Macron a décidé de revoir le tour de table, puis l’Etat, en faisant préemption sur les actions de STX France, a nationalisé, sans le dire ainsi, mais de fait pris le contrôle des chantiers de l’Atlantique…

En fait, il s'agit d' une nationalisation qui n'est que temporaire, le temps de renégocier avec les Italiens…Le temps de conclure un accord d’un autre type avec l’Italie, où l’on voit ré-émerger un projet de type Airbus, un « Airbus de la construction navale » avec les Italiens. Il s’agirait de déclencher une coopération entre les forces de Fincantieri, celles de St-Nazaire et de la partie militaire de l’ensemble avec le français Naval Group. On entrerait dans l’ère d’une coopération élargie sur le civil et le militaire faisant du nouvel ensemble un leader mondial....Projet qui peut intéresser l’Italie, d’autant plus que les Italiens avaient déjà envisagé, eux- aussi un "Airbus des mers"…Mais avec Fincantieri en position de leader.

La difficulté va donc être de surmonter les frictions afin d'aboutir à un partage équilibré entre la France et l'Italie. Ce sera aussi de vouloir régler ce dossier en un temps court, d’ici la fin septembre, alors que la mise en œuvre d’un projet type Airbus prend du temps…

Une coopération sur le modèle d’Airbus, ce n’est pas la première fois qu’il en est question eu Europe…Un projet Airbus de l’énergie circule de nouveau, entre la France et l’Allemagne….Il n'est pas certain qu’il aboutisse. Certains avaient aussi entrevu, il y a quelques années, un Airbus des télécommunications entre la France et la Finlande...Le courant n’est toujours pas passé par là…

C'est qu'il faut, entre les Etats, du temps pour ménager les intérêts réciproques.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......