LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Carte des routes reliant la France aux principales villes italiennes (Milan, Venise, Florence, Rome, Naples) - Gravure extraite de l'atlas le theatre du monde, 1717, de Jean Baptiste Nolin (1686-1762)

Vers une échappée économique des métropoles ? Reflets politiques et sociaux

3 min
À retrouver dans l'émission

En cette matinale spéciale, c'est la géographe et politiste Deborah Galimberti qui signe le billet économique. Elle évoque les enjeux politiques des inégalités de croissance et de distribution de revenu que l'on constate dans les métropoles françaises, comme dans les métropoles italiennes.

Carte des routes reliant la France aux principales villes italiennes (Milan, Venise, Florence, Rome, Naples) - Gravure extraite de l'atlas le theatre du monde, 1717, de Jean Baptiste Nolin (1686-1762)
Carte des routes reliant la France aux principales villes italiennes (Milan, Venise, Florence, Rome, Naples) - Gravure extraite de l'atlas le theatre du monde, 1717, de Jean Baptiste Nolin (1686-1762) Crédits : LEEMAGE - AFP

Dans le cadre de la journée France : inventaire avant élections, la chronique est tenue par Deborah Galimberti, Docteure en science politique.

Les études de l’économiste L Davezies sur la « crise qui vient » l’avaient déjà annoncé en 2012 : la France connaît depuis 2008 un phénomène de métropolisation qui s’est traduit dans une concentration importante de la richesse et des emplois à forte valeur ajoutée dans les espaces métropolitains. Et pourtant, cette dynamique ne profite pas de manière égale à toutes les Métropoles, surtout elle ne produit pas les mêmes effets en termes d’inégalités de revenus.

Le rapport « Observ’Agglo », réalisé en septembre 2016 par la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme et l’Assemblée des Communautés de France ajoute à ces analyses de nouveaux éléments, en mettant en avant une morphologie très variée du phénomène métropolitain :

  • d’un côté, on observe des agglomérations en croissance mais qui arrivent a maintenir un certain niveau d’égalité entre les ménages (comme Nantes),
  • d’autres, également en croissance, mais au sein desquelles les inégalités croissent (Lyon) et
  • enfin, des agglomérations majoritairement situées dans le nord et sud-est du pays, qui souffrent en revanche d’une double peine, avec une croissance molle et des inégalités de revenus croissantes.

Comparaison France Italie

Dans des pays voisins, comme l’Italie, la dynamique métropolitaine est encore plus accentuée et encore plus «sélective » : ainsi, Milan, historiquement qualifiée de « capitale économique » du Pays, mais qui dans les années 1990 et 2000 avait connu une croissance assez atone en ligne avec la trajectoire nationale, tend depuis 2008 à creuser l’écart avec le reste du pays, y compris avec les autres territoires du Nord de l’Italie, pourtant assez riche. Voir cet article du Corriere de la Serra (en italien).

Il n’est pas anodin souligner le fait qu’au referendum constitutionnel du 4 décembre dernier, si les régions et les villes du Sud de l’Italie ont voté massivement « non » (avec des taux qui frôlent le 75%), c’est uniquement à Milan (et encore dans la ville et pas dans la région métropolitaine) que le projet de réforme de Matteo Renzi, président du conseil démissionnaire, a réussi à percer.

La métropolisation produit de nouvelles hiérarchies

La métropolisation apparaît ainsi un phénomène de plus en plus différencié, qui produit de nouvelles hiérarchies territoriales, de typologies différentes d’égalité ou d’inégalité spatiale, ainsi qu’une progressive différenciation des groupes sociaux au sein des ces espaces métropolitains.

Au fond, il s’agit d’un phénomène qui pose de questions majeures de représentation politique : pour paraphraser les mots d’une célèbre géographe critique anglaise, hélas décédée en 2016, Doreen Massey dans Spacial Division of Labour:

« cette géographie qui se dessine n’est pas une géographie des emplois, mais des rapports de pouvoir et c'est une géographie qui compte, qui a des effets à la fois sur les populations des différentes régions et sur la trajectoire économique et sociale du pays ». “This is a geography not of jobs but of power relations […] and it is a geography which matters, which has effects both on the people of the different regions and on the economic and social trajectory of the country.

Il reste à savoir quelles réponses politiques seront portées en France à la question, ou plutôt aux questions métropolitaines, dans les prochains mois de la campagne présidentielle.

Chroniques
7H15
6 min
La Question du jour
Géographie : nos enfants connaissent-ils leur pays ?
Intervenants
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......