LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les voeux du Président François Hollande

Vous avez dit Etat d'urgence social et économique ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Lors de ses voeux, le Président de la République a évoqué l'état d'urgence, qui est aussi économique et social. A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles? Sur le plan sécuritaire oui, sur le plan économique, rien de nouveau à signaler.

Les voeux du Président François Hollande
Les voeux du Président François Hollande Crédits : Maxppp

Le président de la République a évoqué l'état d'urgence, social et économique. Au matin du 31 décembre, 34 associations avaient justement appelé le président à décréter l’état d’urgence social : parmi elles, le secours catholique, Médecins du monde, la fondation abbé Pierre. Ces associations utilisent ce mot URGENCE depuis des années. Pour une fois, donc, le terme a été repris au plus haut niveau. Etat d’urgence social et économique, ce fût dit ce soir du 31 décembre 2015.

Sept ans plus tôt, quand l'économie mondiale était au bord du précipice, Nicolas Sarkozy n'avait parlé que de CRISE. Aujourd'hui il y a urgence, et entre ces deux dates, 1 millions 600.000 chomeurs de plus.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles ? 

C'est le cas sur le plan sécuritaire, mais sur le plan économique et social, du connu, du déjà vu, du déjà promis. La formation pour les chômeurs fut l’un des thèmes de la dernière présidentielle. L’aide à l’embauche pour les PME, ne sera qu’une déclinaison supplémentaire des aides qui existent déjà, quant à l’apprentissage, c’est à la limite de la mauvaise foi… 

François Hollande a beau jeu de promettre 500.000 apprentis d'ici 2017 (70.000 de plus qu'aujourd'hui...). C’est sa fameuse promesse d'inverser la courbe du chômage il y a trois ans qui a favorisé la baisse du nombre d’apprentis sous sa présidence. 

Toute l'année 2013, le gouvernement a cherché à réaliser cette inversion de la courbe, et pour cela il a mis le paquet sur les emplois d’avenir, ces contrats promis pendant la campagne pour les moins de 25 ans sans qualification. L’objectif à atteindre c’était 100.000 contrats en un an… la pression fût telle que toutes les missions locales qui aident les jeunes à trouver un travail les ont orientés vers ces contrats, au détriment de l’apprentissage. La situation économique morose n'a pas aidé, résultat ; le nombre d'apprentis a chuté de 8% en 2013, et encore 3% en 2014. Cela n’était pas l’objectif, mais ce fût le résultat. Malheureusement, ça aussi c'est du déjà vu, cela fait 20 ans que l'apprentissage ne décolle pas en France. 

L'emploi des jeunes = sujet de marketing politique

 L'emploi des jeunes est un sujet d'affichage et de marketing politique. A chaque élection, son plan, son contrat, son dispositif. Facile, les jeunes ont la mémoire courte, ils ne le restent pas longtemps. En 10 ans on a donc vu le contrat de qualification remplacé par le contrat de professionnalisation, les emplois d'avenir de Borloo se substituer aux contrats de solidarité, les contrat d'autonomie faire leur entrée en 2008 et leur sortie à l'arrivée de François Hollande et sa priorité donnée aux emplois d'avenir en 2013... Vous avez le tournis, c'est normal ; à chaque fois, les aides, le financement, les destinataires changent. Ce qui donne de multiples occasions de communiquer sur ce qu'on fait pour les jeunes. L'apprentissage a le tort d’exister depuis quasiment toujours, le terme n'est pas très sexy, et pourtant c'est le sujet consensuel par excellence: Medef, syndicats, gauche droite, tout le monde le recommande, alors on le relance régulièrement. C'est le cas depuis 2014 sous ce gouvernement, et ce fut le cas aussi en 2005. Laurent Henard, alors secrétaire d'état à l'insertion professionnelle des jeunes (oui ce poste a bien existé), avait lancé un plan dont l'objectif était d'atteindre 500.000 apprentis... en 2009. 500.000, comme un air de déjà vu...

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......