LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le PDG de Wells Fargo John Stumpf devant la commission finance du Congrès fin septembre

Wells Fargo : la banque qui s'inventait des clients

3 min
À retrouver dans l'émission

Quatrième banque américaine, Wells Fargo a ouvert 2 millions de comptes en banques pour ses clients, qui ne lui avaient rien demandés... Le scandale a éclaté en septembre, et le PDG vient de démissionner.

Le PDG de Wells Fargo John Stumpf devant la commission finance du Congrès fin septembre
Le PDG de Wells Fargo John Stumpf devant la commission finance du Congrès fin septembre Crédits : Cliff Owen - Sipa

Imaginez une banque, pas une banque d'investissement type Goldman Sachs, ou feu Lehman Brother, non imaginez une banque censée offrir des services financiers bien pépères:

  • compte en banque
  • crédit immobilier
  • compte d'épargne
  • prêts aux entreprises

Imaginez que vous ayez un compte dans cette banque, et que sans le savoir, vous en ayez un deuxième, alimenté par votre premier compte lui bien réel, ce deuxième compte inconnu étant abonné à tout un tas de services facturés par la banque...

Des comptes secrets à la portée de tous, et pas seulement des plus fortunés, c'est le rêve qu'a réalisé la Banque Wells Fargo pour des centaines de milliers de ses clients à leur insu. Au total 2 millions de comptes ont été ouvert frauduleusement entre 2011 et 2016. Deux millions...

Le scandale a éclaté début septembre, mais c'est seulement la nuit dernière que le PDG de WELLS FARGO John Stumpf a remis sa démission. Officiellement parce qu'il part à la retraite, mais tout le monde sait qu'il part à cause du scandale. Il était auditionné fin septembre par la commission service financier du Congrès.

Wells Fargo est la quatrième banque des Etats Unis. Elle octroie un crédit immobilier sur 5.

Cette fois, on n'est pas du tout dans le cas de traders qui gagnent des millions, sont prêts à prendre les paris les plus fous, ou à s'entendre entre eux pour manipuler les prix et gagner encore plus de millions sur les marchés financiers (comme dans les scandales du Libor ou des taux de change), non, là c'est le petit personnel de la banque qui a mal agi.

Ce sont les conseilleurs clientèle qui ont ouvert ces deux millions de comptes fictifs et facturé au final deux millions et demi de dollars de frais indus. Le mobile du crime? Remplir les objectifs commerciaux, qui étaient très agressifs dans cette banque, toucher son bonus, et bien se faire voir de sa hiérarchie.

On emploie le mot agressif dans le milieu des affaires pour dire, très élevés, voire trop, mais sans le dire c'est un très bel exemple de litote.

Déjà 5300 salariés de la banque ont été licencié. On ne sait pas en revanche et c'est bien dommage, si ceux qui ont assigné les objectifs commerciaux agressifs les n sont restés en place.

Un mieux depuis la crise

En revanche cette histoire a un côté pile... du type : "ça va mieux aujourd'hui qu'avant".

Les banques américaines ne sont pas tendres avec leurs clients, on l'a vu dans l'épisode qui a suivi la crise des "subprimes", quand elles ont saisi, sans état d’âme et parfois même sans base légale les maisons de ceux qui ne pouvaient pas rembourser leur crédits

Or depuis la crise financière, un bureau de protection des consommateurs a été créée, et c'est ce bureau qui a en partie poursuivi les investigations démarrés par le Los Angeles Times il y a trois ans.

A ce jour, Wells Fargo a déjà été condamné à payer 185 millions de dollars d'amende.

Le PDG démissionnaire va-t-il partir avec des indemnités de départ... c'est la question à laquelle la banque n'a pas encore répondu. Peut être qu'elle va les lui verser à son insu? allez savoir...

Chroniques
7H15
4 min
La Question du jour
Alep : comment les journalistes parviennent-ils à nous informer ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......