LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hollande et ses partenaires soucieux

2 min
À retrouver dans l'émission

Le pacte de responsabilité sera à nouveau discuté cette semaine. Mais les enjeux des discussions dépassent de loin les termes de la négociation.

Et si c’était rien moins que l’avenir de la gauche qui se jouait dans les réunions entre partenaires sociaux, en ce moment ? Plus que le retour hypothétique de la croissance et de l’emploi, via les allègements de charge et les éventuelles contreparties, plus que l’avenir de François Hollande et la crédibilité de sa méthode sociale-démocrate, c'est une importante recomposition politique, que ces discussions mettent en jeu, à gauche. Exactement comme dans l’Allemagne de l’après Gerhard Schröder, et la Grande-Bretagne de l’après Tony Blair, où Sigmar Gabriel et Ed Miliband ont fort à faire pour reconstruire.

Depuis vendredi dernier et les timides avancées du Medef, face aux bonnes dispositions de principe de la CFDT, il apparaît tout à fait possible que le pacte de responsabilité soit conclu. Et probable que le gouvernement, celui de Jean-Marc Ayrault ou un autre, soit amené, conformément aux engagements du Président de la République, à engager sa responsabilité devant le parlement.

Avant même de connaître la tournure que pourrait prendre ce vote. Sans parler d’un possible remaniement. Et sans préjuger de l'éventuelle efficacité du pacte sur la situation économique française à long terme, on peut être à peu près sûr que rien ne serait jamais plus comme avant à gauche. Si le pacte venait à être signé, Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, n’a-t-il pas affirmé sans rire qu’on serait en face du plus grand compromis social depuis le Conseil National de la Résistance ? François Bayrou n’a-t-il pas évoqué de son côté, “la clôture d’un acte ouvert en 1971 avec l’union de la gauche” ?.

Le pacte et son inspiration libérale, et jusqu’à preuve du contraire, peu écolo, va redéfinir les lignes de force à l’intérieur de la gauche. Modifier durablement les rapports entre le PS, les Verts, le PRG, et le Front de Gauche. Comme cela va probablement libérer quelques énergies centrifuges au sein même du Parti Socialiste.

Car à mesure que les effets du pacte vont se faire sentir, il va devenir de moins en moins possible à l’aile gauche du PS de se contenter de protester mollement contre son principe. Dans quelques semaines seulement maintenant, les 17 milliards d’euros de coupes dans le budget 2015 devront être réparties. Au moment même où les entreprises, grands groupes compris, toucheront leurs premiers chèques d’allègement de charges.

Y’aura-t-il alors un nouvel « Oskar Lafontaine français » ? Comment se comporteront ceux qui reprochent à François Hollande une dérive blairiste, renforcés qu’ils sont par la récente visite d’état aux USA, où le Président français a dit tout le bien qu’il pensait du traité transatlantique de libre-échange ?

On le perçoit déjà : d’ici la fin de son mandat, François Hollande aura aussi à négocier, à gauche, avec bon nombre de partenaires soucieux.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......