LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La bonne formule pour 2016

3 min
À retrouver dans l'émission

La réussite de cette nouvelle année résiderait-elle dans une formule ? C'est ce que certains de nos responsables politiques semblent croire. Ce n'est évidemment pas nouveau : ils l'ont toujours cherchée la bonne formule, celle qui fait mouche, qui résume et qui clôt le débat. Mais nous sommes en 2016, et il ne sera donc pas question ici des formules d'Edgar Faure, ni des bons mots de l'ancien premier secrétaire du PS. Ni même des recettes savantes qui présidaient à la composition des cabinets de la IVème République. Non, les bonnes formules que l'on cherche désormais, elles sont numériques. Notez bien qu'ici, l'objectif n'est pas d'évoquer ces projets de loi qui de plus en plus se disent participatifs (même le projet de loi de Myriam el Khomri sur le code du travail le sera), mais plutôt de se questionner sur la folie des algorithmes. Ceux qu'on s'arrache désormais dans les ministères. Bercy s'en sert pour lutter contre la fraude fiscale, et Fleur Pellerin envisage de les utiliser pour booster la fréquentation des musées. Car oui, on peut aller très loin grâce aux algorithmes, ces équations très compliquées qui permettent de traiter massivement des milliards de données.Et nous en avons eu un nouvel exemple, pas plus tard qu'hier, par Alain Juppé, qui dans son interview au Journal du Dimanche explique qu'il entend lutter contre le terrorisme grâce à la "reconnaissance comportementale". La proposition pour l'instant, n'a pas été détaillée, on attend impatiemment la publication de son livre, mercredi, pour en savoir plus. Mais on peut imaginer qu'il est question, pour le maire de Bordeaux, candidat à la primaire à droite, de détecter les terroristes dans un centre commercial, une gare, ou un aéroport, grâce à des caméras, et sur la base de leur comportement. A supposer que la technologie existe, ou qu'elle puisse être développée d'ici 2017, qu'elle soit bien paramétrée, et qu'elle s'avère fiable, ça ne nous dit pas comment ensuite on empêche le passage à l'acte. Mais l'idée est là. Et reconnaissez avec moi Guillaume, qu'on ne pourra pas dire qu'elle n'est pas novatrice.

L'algorithme serait donc la tendance de l'année chez les politiques ? Oui, la data, c'est leur dada apparemment. Et l'imagination, qui en la matière n'est pas bridée, peut permettre d'aller encore plus loin, tenez-vous bien. Dans le numéro du magazine Society qui est toujours en kiosques, on apprend que Paul Duan, un entrepreneur français installé en Californie, fait l'incroyable pari de réduire le chômage en France, de 10%, comme ça, simplement grâce à un logiciel et à son algorithme. "Encore un doux rêveur", pensez-vous certainement, mais tenez-vous bien : Society nous révèle que le jeune homme, de 23 ans, a déjà rencontré Emmanudl Macron, François Hollande, et qu'il doit revoir prochainement Myriam el Khomri, la ministre du travail, pour mettre en place une expérimentation, des fois que ça ne marche pas exactement comme prévu, on ne sait jamais.Alors le secret de 2016 réside-t-il dans une formule ? Difficile à dire. Mais cet espoir fou de voir les geeks et leur technologie résoudre les grands problèmes politiques de notre temps, est peut-être un signe que l'uberisation des responsables politiques a elle, déjà, vraiment commencé.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......