LE DIRECT

La dissolution de François Hollande, par Frédéric Métézeau

2 min
À retrouver dans l'émission

Rassurez-vous, vous n’avez pas raté une nouvelle d’importance, le chef de l’Etat n’a pas dissous l’Assemblée façon Jacques Chirac mais en 10 jours il a fait encore plus fort, il a laissé sa majorité se dissoudre d’elle-même, se réduire à petit feu, à petits bouillons, avec les atermoiements autour de la loi famille, puis Laurent Fabius qui se dit favorable à la recherche sur le gaz de schiste et ces révélations du Monde : la construction de nouveaux réacteurs EPR est un sujet sur la table. Recul sur le sociétal, recul sur l’environnemental, voilà qui décroche les verts et quelques députés socialistes du socle majoritaire.

Idem sur l'économie : lundi le PS organise un séminaire sur le pacte de responsabilité séminaire qui devient une tribune pour l’aile gauche du parti contre le pacte, une aile gauche confortée mercredi par la déclaration de Pierre Gattaz aux Etats-Unis, le patron des patrons en smoking à la maison-blanche dans la délégation d’un président socialiste qui refuse tout « pacte de contrainte » avant d’envisager « des engagements chiffrés ». Pendant ce temps, Hollande au côté d’Obama souhaite aller vite pour conclure un accord commercial transatlantique de libre-échange… Et puis hier le coup de grâce : ce ping-pong entre Jean-Marc Ayrault et Bruno le Roux autour du gel de l’avancement des fonctionnaires.La majorité s’est donc dissoute... Bien sûr, Hollande a tendu un piège magnifique à l'aile gauche du PS en soumettant le pacte de responsabilité à un vote de confiance. La cohésion à gauche - en tout cas au PS - ne survivra que grâce à la force mais sauf reprise économique soutenue, les 3 prochaines années risquent d'être celles d'un président lame-duck comme l'on dit aux Etats-Unis, un canard boiteux. Les Verts devraient en tirer les conséquences dans les mois à venir comme les Communistes après le tournant de 83 d’ailleurs, Jean-Luc Mélenchon les attend ces Verts déçus du hollandisme, il leur a proposé hier de faire listes commune aux européennes. Mélenchon qui n’a sans doute pas aimé la sortie de Pierre Gattaz à la Maison-Blanche et qui n’aura sans doute pas beaucoup apprécié le hug de mercredi à San Fransisco quand François Hollande a pris dans ses bras le chef de file des pigeons. Aux Etats-Unis on appelle ces gros câlins hug mais pour l’aile gauche de la majorité, cette étreinte a tout d'un énième bug !

Frédéric Métézeau

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......