LE DIRECT

Petite théorie du genre politique

2 min
À retrouver dans l'émission

On vient de vivre une nouvelle polémique autour de la théorie du genre, et tout s’est parfaitement bien passé ! Comme sur des roulettes ! Aucun problème, tout le monde dans son rôle ! Chacun a été parfait. Il aurait été surprenant qu’on soit surpris, mais on ne sait jamais : on n’était pas à l’abri d’un peu de courage, venant de l’opposition. D’une prise de position claire, d’une dénonciation nette et sans appel de cette sinistre rumeur, et des idéologies qui se cachent derrière. Mais non.

Dans les premières heures avant hier soir, c’est vrai qu’on a constaté un flottement. On a senti des responsables UMP embarrassés, gênés. Confrontés à la bêtise abyssale des arguments des organisateurs de ce “boycott de l’école”, on a bien senti que certains d’entre eux étaient sur le point de condamner. Mais non.

Jean-François Copé a montré l’autorité du chef, pour mettre tout le monde d’accord. Dans deux communiqués, il a dénoncé bien sûr, le boycott (mais pouvait-il faire autrement ?), tout en expliquant qu’il était choqué par la théorie du genre, et qu’il comprenait les inquiétudes des parents. Une fois n’est pas coutume, tout le monde ou presque à l’UMP a suivi cette ligne. En gros : on désapprouve la méthode, mais on fait mine de partager une grande partie du diagnostic de Farida Belghoul, selon lequel ces “ABCD de l’égalité” sont potentiellement dangereux.

Rattrapés par de vieux atavismes droitiers, perturbés sans doute par le concept d’égalité, les responsables de l’UMP jouent finalement le rôle que leur électorat moyen attend d'eux. Ils ne parviennent pas à reconnaître publiquement ce qu'ils savent pourtant pertinemment pour la plupart, c’est-à dire que ces expérimentations scolaires sont tout à fait inoffensives. En fait, ils soufflent sur les braises d’une polémique dangereuse, en essayant de ne pas se brûler, ce qui n'est pas très glorieux.

Et surtout, ils décrédibilisent encore un peu plus la politique. Ils se montrent une nouvelle fois collectivement peureux, prisonniers de leurs vieux réflexes, incapables de faire avancer le débat sur les sujets de société, d’ouvrir les fenêtres.

Ce qui nous donne un parallèle intéressant avec ce qui se passe au PS, régulièrement, en matière économique. Qui a cru une seule seconde, parmi les cadres du PS, au discours du François Hollande-candidat-adversaire-de-la-finance ? Qui pendant la campagne présidentielle, aurait osé mettre en avant clairement la ligne sociale-démocrate ? Personne !!

Les responsables politiques sont trop souvent tétanisés par ce qu’ils croient savoir de leur électorat. Et c’est ce qui explique qu’on soit arrivés quasiment au niveau zéro de la production d’idées.

Voilà. Elle est bien sombre, mais je vous la livre telle qu’elle est, ma théorie du genre politique.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......