LE DIRECT

Alain Juppé, probablement le plus gentil d'entre nous ?

2 min

C'est à croire qu'Alain Juppé veut fêter à sa manière la Journée Mondiale de la gentillesse programmée aujourd'hui. Le maire de Bordeaux, candidat à la candidature pour la présidentielle de 2017 s'exprime ce matin dans les Inrocks réputé hebdo officiel de la gauche bobo urbaine. Et le Bobordelais qui dit avoir beaucoup réfléchi, se dit maintenant favorable à l'adoption par des couples homosexuels. Juppé serait-il donc le plus gentil d'entre eux, "le moins pire" s'interrogent les inrocks en une ? En tout cas l'ancien premier ministre a choisi son créneau : la retenue et la hauteur, il refuse de dire du mal de ses concurrents potentiels à droite et alors que le robot Philae voyage à 500 millions de kilomètres au-dessus de nos têtes, il invite sa famille politique à regarder "un peu plus haut" et n'appelle pas à la démission de Jean-Pierre Jouyet... Et ça marche. Selon le tableau de bord politique de l'ifop publié dans Paris Match aujourd'hui, Juppé reste la personnalité de droite la plus populaire parmi les français interrogés à 67% de bonnes opinions, plus 4 points en un mois. Nicolas Sarkozy en perd 1 à 41%.

Pourtant, sur le fond, on cherche les différences. Sur l'immigration illégale, Alain Juppé se veut "impitoyable" , il souhaite moduler les indemnisations chômage pour inciter les chômeurs à retrouver un emploi, il veut "sortir du carcan" des 35 heures, finalement il diffère assez peu de l'austère et thatchérien Fillon et du batteleur-cogneur Sarkozy.

A droite, tout ne serait donc qu'affaire de gentillesse ? Il est vrai que le créneau de la méchanceté est déjà bien occupé. Il suffit pour s'en convaincre de lire les derniers ouvrages consacrés à Nicolas Sarkozy ou d'écouter Laurent Wauquiez, alors Juppé a choisi un autre "segment" comme disent les communiquants et le voilà libéral au sens français du terme - pour une économie libéralisée - et liberal au sens américain cette fois-ci. Ecolo et tolérant en matière de moeurs.

Economiquement de droite, sociétalement de gauche voilà le Juppé de 2014. Ca tombe bien, c'est à peu de chose près le positionnement de François Hollande, Manuel Valls et Emmanuel Macron. Il ne resterait donc que la gentillesse pour les départager.

Petit rappel : au Bouthan, petit royaume enclavé entre la Chine et l'Inde, les électeurs ne croient plus à l'indice national de bonheur brut comme indice économique de référence, ils l'ont dit lors des élections l'année dernière sur fond d'endettement, de dévaluation, de chômage croissant et de corruption. Si même très haut dans les cimes de l'Himalaya la gentillesse ne paie plus, c'est à vous dégoûter d'être gentil.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......