LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Aubry met le brin !

2 min

Mettre eul' brin... En ch'ti cela veut dire mettre le bazar, et elle a mis le bazar la maire de Lille !

On l'imagine fulminer en écrivant sa tribune dans Le Monde dans sa mairie, dans cet immense bâtiment néo-gothique laïc surmonté d'un beffroi art-déco en briques et béton.

Oui, on l'imagine en colère écrivant qu'elle combattrait "la régression pour notre société" que constituerait le travail du dimanche et l'on imagine son contentement quand la tribune a été diffusée hier matin quelques minutes avant cette méga-conférence de presse réunissant Manuel Valls, Emmanuel Macron et 10 ministres du gouvernement pour défendre la loi Macron. Voilà cette belle conférence de presse sabotée, les journalistes ne parlent plus que de ça, Valls s'énerve. Martine Aubry écrit "gardons du temps pour penser et respirer" mais c'est le Premier ministre qui suffoque : "à part Martine Aubry et le travail du dimanche il y a d'autres questions (...) l'important c'est qu'il n'y a pas de flou".

Martine Aubry est une récidiviste. Déjà pendant l'université d'été du PS à la Rochelle, elle avait dit qu'elle appliquerait à Lille l'encadrement des loyers enterré quelques jours plus tôt par le gouvernement. Même absente elle avait gâché la fête...

Entre les deux, les rôles sont inversés : hier Martine Aubry était patronne du PS et Manuel Valls l'irritait proposant de changer le nom du parti ou pour abandonner les 35 heures ; aujourd'hui Valls est patron du gouvernement et Aubry le fait tourner en bourrique.

Le risque pour Martine Aubry, c'est qu'en multipliant ce genre de sorties, en instaurant cette tension entre les deux gauches, elle va susciter les espoirs d'une partie du PS. Mais saura-t-elle leur donner corps en allant plus loin, au-delà de tribunes ou de communiqués de presse ?

A Lille, plusieurs cadres socialistes estiment qu'elle est la mieux placée pour conduire une gauche unie aux régionales face à Marine Le Pen. A Paris, d'autres la voient active au congrès du PS en juin 2015, voire à Matignon pour un troisième temps du quinquennat et pour rassembler la gauche en vue de 2017, voire en lice à une éventuelle primaire.

Quelles sont donc les ambitions de Martine Aubry ? Participer au débat ou viser un poste supérieur ? La semaine dernière, un ministre hollandais nous confiait "Martine ne veut pas que quelqu'un accède à une responsabilité qu'elle pourrait obtenir même si elle n'est pas sûre de vouloir y aller".

Aujourd'hui, pour François Hollande Martine Aubry peut être le pire des problèmes ou la meilleure des solutions.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......