LE DIRECT

Avec le prélèvement à la source, la réforme fiscale n'aura pas lieu

2 min

C'est un pari communicationnel dans lequel s'est lancé le gouvernement en voulant instaurer le prélèvement de l'impôt sur le revenu à la source. Il veut faire oublier les hausses massives du début du quinquennat et surtout l'absence de vraie réforme fiscale.

Mercredi dans Le Figaro, juste avant le conseil des ministres, Michel Sapin veut présenter en avant-première le dispositif de retenue à la source. Mais à la une de la version papier du journal, nos confrères retiennent une autre déclaration du ministre des Finances « il n'y aura pas de fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG » . Voilà la véritable information, Michel Sapin confirme ce que François Hollande laissait entendre dans Sud Ouest le week-end précédent : l'abandon de la promesse numéro 14 de François Hollande..

Le ministre va plus loin dans son interview : « la réforme n'est pas destinée à modifier la façon dont est calculé l'impôt » . On ne change pas la philosophie de l'impôt, on en change les modalités et encore, pour combien de personnes ? Faisons le calcul : un foyer fiscal sur deux seulement paie l’impôt sur le revenu… Parmi eux, 2 tiers sont déjà mensualisés donc voit leur paiement lissé sur l’année. La retenue à la source qui pour le citoyen est une forme de mensualisation concerne donc un peu plus de 15% des foyers fiscaux.

Ni réforme ni révolution fiscale pour tous, reste donc la réformette pour quelques uns « c'est une annonce politique qui permet d'avancer sur des dossiers fiscaux sans s'attaquer aux vraies réformes fiscales » explique le secrétaire général du syndicat Solidaire Finances Publiques.

Mais le gouvernement a la trouvé la formule magique : « beaucoup de français soutiennent cette réforme, c'est une modernisation et une simplification » croit savoir Michel Sapin. On croirait entendre Manuel Valls sur la loi Macron qui convoque l'opinion publique pour l'opposer à de prétendus conservatismes.

Le prélèvement à la source pose un certain nombre de questions. Les entreprises ou les banques auront-elles accès aux données personnelles et familiales du salarié ? Autant de paramètres qui peuvent influer sur le montant de l'impôt. En outre, il faudra toujours des agents du fisc pour prendre acte des changements de situation, à se demander où sont la simplification voire des économies de fonctionnement ? Alors va pour le prélèvement à la source lancé de manière « irréversible » promet Michel Sapin à compter du 1er janvier 2018. C'est-à-dire après mai 2017. Ce calendrier est-il vraiment immuable ?

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......