LE DIRECT

Départementales : des élections à trois tours. Par Stéphane Robert

3 min

Il faut se méfier des mathématiques en politique, ça ne fait pas toujours bon ménage. Et en l'occurence, pour ce scrutin, ce sera 2 égale 3, 2 tours égalent 3 tours, compte tenu des circonstances politiques presque inédites qui vont animer ces élections locales.Déjà, il faut relativiser tous les sondages qui vous sont assénés depuis quelques jours.Le Front National à 30% voire plus, l'UMP et les centristes crédités de 27 / 28 % et le PS aux alentours de 20%.Il faut remettre tous ces chiffres en perspective au regard du taux d'abstention ou plutôt du taux de partipation attendu, environ 42%.Et ça nous donne, pour le FN, 30% de 42% = 14% des électeurs. De quoi relativiser un peu le triomphalisme affiché depuis 2 jours par Marine Le Pen. Ceci dit, pour ses rivaux, il n'y a pas de quoi pavoiser. Selon ce même calcul, la droite et le centre droit recueillerait 13% des suffrages et le Parti Socialiste à peine 10%. Et au regard de tout ça, on peut dire que le grand perdant sera sans aucun doute notre système de représentation politique qui fait vivre notre démocratie... Maintenant, revenons-en aux potentiels vainqueurs et à notre problème initial : 2 égale 3...Pour le 1er tour, il est vraisemblable de penser que le Front National va confirmer. Avec 30, 31, 32 %, il figurera dans de très nombreux cas au second tour et apparaitra comme le grand vainqueur compte tenu de sa progression.Mais ce n'est pas lui qui, au bout du compte, devrait s'imposer dans la dernière ligne droite. C'est l'Alliance de la droite et du Centre Droit. Dans la majorité des cas, n'en déplaise à Marine le Pen, le report d'un certain nombre de voix de gauche, pour faire barrage à l'extrème droite, va donner la victoire finale à la droite. Raison pour laquelle on imagine aujourd'hui qu'une vingtaine, voire une trentaine de départements, pourraient basculer de gauche à droite, le FN n'étant en mesure de décrocher qu'un, deux, trois voire 4 départements, mais ça n'ira pas plus loin. Et à l'UMP, on est déjà en train de faire les comptes, c'est mathématiquement imperdable.Seulement, je vous le disais tout à l'heure, les mathématiques et la politique... Il va y avoir un 3eme tour !Parce que dans de nombreux départements, il y aura des élus Front National. Imaginez, par exemple, dans un département où on élit 30 conseillers départementaux. Vous vous retrouvez avec 12 élus de droite, 10 pour la gauche et 8 pour le FN. Il n'y a pas de majorité !Comment fait-on dans ces cas là ?Au niveau national, l'UMP a d'ores et déjà exclu toute alliance avec le Front National. Seulement, pour prendre des décisions dans un département, il faut une majorité. Et dans un certain nombre de départements, des élus de droite seront sans doute tentés de pactiser. Et on va se retrouver comme au lendemain des élections régionales de 98, avec des alliances pour diriger les départements. Combien ? impossible à dire pour le moment, mais ce ne sera pas marginal.Et ça c'est un piège pour l'UMP. Et pour la droite dans son ensemble. Parce que non seulement ça va générer des divisions, mais ça va aussi abolir, encore un peu plus, dans l'imaginaire de l'opinion, la frontière entre la droite et l'extrème droite. En clair, ce sera une pierre de plus dans le jardin de Marine Le Pen dont la stratégie vise à grignoter, petit à petit, la droite républicaine, pour au final prendre sa place et apparaitre comme le principal opposant à la gauche.Alors certes, l'UMP et l'UDI devrait, sans conteste, remporter ces départementales, fin mars. Mais ça pourrait bien être une victoire en trompe l'oeil. Une victoire mathématique, certainement pas politique...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......