LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"Des élus politiques dans l'illusion de la télé-réalité", par Stéphane Robert

3 min

C'est une information parue il y a quelques jours dans l'hebdomadaire Le Point, reprise hier avec plus amples détails dans le journal Le Parisien, et qui commence à faire "jaser", comme on dit…7 responsables politiques, de droite et de gauche, ont accepté de participer à une émission qui sera prochainement diffusée sur la chaine D8. Il y a d'anciens ministres, Dominique Bussereau, Thierry Mariani, un ancien président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, Julien Dray et Samia Ghali pour le Parti Socialiste. Le principe, c'est qu'ils sont déguisés et maquillés pour ne pas qu'on les reconnaisse. Et qu'ils jouent un rôle, brancardier dans un service d'urgences pour Bernard Accoyer, handicapé dans un fauteuil roulant pour Thiérry Mariani, prof dans un lycée pour Julien Dray. L'idée étant qu'ils se rendent comptent de la vraie vie des vrais gens, sous-entendu : ils en sont complètement déconnectés. Et tous réfutent le fait de participer ou d'avoir participé à une émission de téléréalité. Ca n'est PAS, disent-ils, de la téléréalité, il ne s'agit pas d'aller faire le zouave à la télé...Certains sont quand même un peu gênés par cette affaire. Michèle Alliot-Marie par exemple, qui n'est plus tout à fait sûr de vouloir y participer. Ou encore Bernard Accoyer, qui a tourné lui cet été. Il veut que l'émission soit diffusée le plus vite possible pour ne plus avoir à en parler. D'autres, à contrario, assument. Comme Thierry Mariani : "J'ai appris beaucoup de choses assure-t-il. Et puis de toute façon, quoiqu'on fasse, on est décrié ". Et quand on lui on rétorque qu'il y a des caméras et que c'est de la mise en scène : "oh mais vous savez, c'est le jeu" répond-il...On est donc bien dans un jeu, pour ne pas dire une farce, qui pose un certain nombre d'interrogations. Déjà, ils admettent leur incapacité à comprendre les gens qu'ils sont sensés administrés. Un peu comme s'ils nous disaient : "J'ai 50 ans, ça fait 20 ans que je fais de la politique, et je dois bien l'avouer aujourd'hui, je ne comprenais rien à rien à la vie des français. Mais ne vous inquiétez pas, je me soigne, je fais un peu de téléréalité et demain ça ira mieux".Alors, en terme de crédibilité, permettez-moi d'émettre un doute sur la pertinence de leur démarche. D'ailleurs, d'autres personnalités politiques ne le voient pas d'un très bon oeil. Christian Jacob, président du groupe UMP à l'Assemblée, parle de "mélange des genres". Cecile Duflot, chez les Verts, affirme qu'elle n'a "pas besoin de se déguiser pour aller au Super U et emmener ses enfants à l'école". François Fillon, lui, va plus loin, parlant d'une perversion du débat politique. Et ça gène, pourquoi ? Et bien parce que ça confirme l'idée qu'aujourd'hui la politique EST un spectacle. On en a d'ailleurs d'autres exemples. Avec notamment Manuel Valls au gouvernement, qui met bien plus en scène une volonté politique qu'il ne porte un réel projet de société. D'ailleurs n'a-t-il pas, lui aussi, participer à une "sorte" d'émission de téléréalité quand il est allé mi-octobre dîner et dormir dans un gîte rural en Savoie entouré de tout un tas de caméras ? Mise en scène également pour Nicolas Sarkozy, qui nous explique qu'il a beaucoup réfléchi et beaucoup changé et qu'il est enfin prêt à gouverner la France. Ou encore François Hollande, au printemps dernier, qui a chargé son nouveau conseiller en communication (ce sont les mots du président) de faire "le récit du quinquennat"...Tout ça signifie qu'au bout du compte, nos responsables politiques nous vendent une belle histoire. Et derrière, qu'y-a-t-il ? Rien, si ce n'est une volonté d'installer et d'assoir un pouvoir. Nos politiques se présentent comme des produits qui essaient de se vendre à des électeurs-consommateurs, qui croient eux, choisir en toute liberté. Et en fait, on se retrouve, plus de 2000 ans après, dans la Caverne avec Platon, à regarder ces ombres sur le mur qu'on s'imagine être ... la réalité …

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......