LE DIRECT

Drames en méditerranée : pourquoi l'Europe n'est pas responsable

2 min

L'Europe n'est pas responsable des tragédies en méditerranée même si elle tente d'apporter des réponses à l'occasion d'un conseil européen extraordinaire à Bruxelles ce jeudi."Nous n'avons plus d'alibi, c'en est trop, il faut développer une responsabilité européenne" déclare la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Sauf qu'il n'y aura jamais de responsabilité européenne car il n'y a pas de moyens d'actions européens. Les politiques de Défense, les politiques migratoires, la diplomatie restent de la compétence des Etats, l'Union Européenne pouvant seulement essayer de coordonner 28 politiques indépendantes et quand il existe une réglementation européenne, les Etats regardent d'abord leur propre intérêt avant de le faire évoluer.

C'est le cas des accords de Dublin 2 prévoyant que les migrants soient "gérés" et pris en charge par le premier pays qui les a accueillis. Seules Chypre, l'Italie, la Grèce et Malte ont accepté une révision de ces accord pour que l'ensemble des 28 prennent leur part de responsabilité, quatre pays méditerrannéens en première ligne, mais pas question pour les 24 autres pays de s'en occuper surtout quand un peu partout des candidats populistes font campagne sur "l'Europe passoire" ou "l'immigration incontrôlée".Lors d'un précédent sommet européen en décembre 2013 deux mois après un drame à Lampedusa, priorité avait été donnée à "éviter les départs". Un an et demi plus tard, les nations européennes ont été impuissantes à fixer les migrants en Afrique.

Ce jeudi la commission européenne soumet aux 28 chefs d'Etats et de Gouvernements un plan en 10 points : comme fin 2013 il prévoit de doubler les moyens de l'opération Triton chargée de patrouiller en méditerrannée, il prévoit de répartir 5.000 demandeurs d'asile dans toute l'Union mais de façon "expérimentale et volontaire". Laurent Fabius propose lui une mission militaire pour lutter contre les passeurs mais là il faut un mandat de l'ONU.Ce n'est donc pas de l'Union Européenne qu'il faut attendre quelque chose - ce serait vain et injuste - mais des Etats européens selon leur taille, leurs moyens financiers, leur puissance militaire, leurs capacités d'accueil.

A propos de l'Union Européenne, le site d'information américain Politico Europe vient de voir le jour. Son directeur a très bien compris et résumé ce qu'était l'Union Européenne d'aujourd'hui : "Bruxelles n’est pas une super-capitale où se concentrent les pouvoirs : ils restent dans les Etats membres, mais c’est une vraie capitale en termes de régulation". On saura très vite si l'Europe parvient à réguler quoi que ce soit.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......